La braderie de Lille maintenue mais remodelée

  • A
  • A
La braderie de Lille maintenue mais remodelée
La braderie de Lille aura bien lieu cette année.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

Annulée en 2016 pour des raisons de sécurité, la grande braderie de Lille investira bien les rues de la cité nordiste les 2 et 3 septembre.

Après son annulation l'an dernier en raison de la menace terroriste, la braderie de Lille, plus grande brocante d'Europe, fera bien son retour le premier week-end de septembre (les samedi 2 et dimanche 3) mais sera remodelée pour plus de sécurité, a annoncé Martine Aubry mercredi. "L'annulation de l'année dernière était pour nous une vraie souffrance", a déclaré la maire de Lille qui a voulu profiter de cette année de transition pour "retrouver l'esprit braderie, plus authentique, festive et rassurante en la rendant aux familles et commerçants lillois".

Privilégier les locaux. Ainsi, la municipalité souhaite privilégier les espaces pour les locaux, qui devront tous réserver en avance leur emplacement : la braderie restera gratuite pour les habitants et les commerçants de la ville alors que les brocanteurs et antiquaires devront s'acquitter de 250 euros pour bénéficier d'un espace réservé. En revanche, les commerçants non-sédentaires ne pourront plus s'installer dans le périmètre consacré à l'événement qui se concentre principalement sur le centre et le Vieux Lille.

"La braderie, c'est l'enfant qui vend ses jouets sur les bords d'un trottoir, la famille qui vend des objets de famille qu'elle ne veut plus ou des vêtements et c'est l'antiquaire de bonne qualité qu'on connaît depuis longtemps (...) il faut retirer tout le reste qui fait de la braderie une espèce de foire à neu-neu par moment qui n'est pas vraiment notre esprit", a expliqué Martine Aubry. 

Des effectifs de sécurité conséquents. En termes de sécurité, le périmètre de la brocante a été repensé afin d'éviter toute concentration de foule et 22 points de contrôles permettront de surveiller les entrées et sorties des véhicules. Les détails sur les moyens engagés, "des effectifs qui seront très conséquents" dont des "moyens aériens qui feront date par leur ampleur et leur mobilisation", selon le préfet du Nord, ne seront officialisés qu'en août. En août 2016, peu après les attentats de Nice qui ont fait 86 morts, Martine Aubry avait annoncé l'annulation de la braderie en raison "des risques que nous n'arrivons pas à réduire". La manifestation est un événement incontournable du nord : en 2015, la braderie avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs avec 8.000 exposants proposant leurs objets sur 80 km d'étals.