La BAC de Paris est désormais équipée de fusils d'assaut

  • A
  • A
La BAC de Paris est désormais équipée de fusils d'assaut
La BAC de Paris est désormais équipée de fusils d'assaut. @ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

La brigade anti-criminalité de la préfecture de Paris a de nouveaux équipements, pour faire face à toute attaque à l'arme lourde. 

204 fusils d'assaut, 1.474 casques et visières balistiques, 1.835 gilets pare-balle : le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a présenté lundi le nouveau matériel fourni aux brigades anti-criminalité (BAC) de la préfecture de Paris dans le cadre du plan BAC-PSIG 2016. "Le seul fait d'incarner l'autorité publique, par l'uniforme que vous portez, suffit à faire de vous des cibles. Certains des criminels auxquels vous êtes confrontés n'hésitent plus désormais à faire usage contre vous d'armes lourdes, de véritables armes de guerre contre lesquelles vous devez disposer de moyens de riposte et de protection adaptés", a déclaré le ministre aux policiers présents lors de cette présentation dans le commissariat du 20e arrondissement de Paris.

Le tout pour un montant de 17 milliards d'euros. Les BAC seront également équipées de 241 boucliers balistiques souples, qui, avec les gilets pare-balles, permettront de résister aux Kalachnikov. Les fusils d'assaut HK G 36, délivrés aux BAC, étaient jusqu'à présent réservés aux forces d'intervention d'élite. Ces nouveaux moyens, dont les livraisons s'étalent jusque fin juin, comptent aussi 116 pistolets à impulsion électrique (Taser), 134 lanceurs de balle de défense, 981 bâtons télescopiques de défense, 25.200 munitions de défense courte portée. Le tout pour un montant de "17 millions d'euros", a précisé le ministre de l'Intérieur qui était accompagné de la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin.

Répliquer aux tirs de Kalachnikov. "Il était nécessaire que vous soyez en mesure de répliquer aux tirs d'armes de type Kalachnikov que certains criminels n'hésitent désormais plus à utiliser contre vous", a déclaré le ministre. Ces dotations entrent dans le cadre du plan BAC-PSIG 2016. "Les BAC et les PSIG (Pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie, ndlr) doivent en effet pouvoir intervenir le plus rapidement possible en renfort des premières patrouilles engagées, notamment lorsque nous sommes confrontés à des tueries de masse", a souligné Bernard Cazeneuve