L’ancien PDG de Valeo accusé d’espionnage

  • A
  • A
L’ancien PDG de Valeo accusé d’espionnage
Partagez sur :

Thierry Morin, l'ancien PDG de Valeo, aurait fait poser des micros pour enregistrer des réunions du conseil d'administration de l'entreprise portant sur son avenir et auxquelles il n'était pas convié.

L’affaire a été révélée par une employée de Valeo : l'ancien PDG du groupe, Thierry Morin, aurait fait poser des micros pour enregistrer des réunions du conseil d'administration de l'entreprise portant sur son avenir et auxquelles il n'était pas convié. RTL précise que le dirigeant avait "fait installer dans la salle de réunion un système d'enregistrement clandestin, jugé sophistiqué", trois mois avant son départ de l'entreprise.

Thierry Morin a démissionné de ses fonctions fin mars suite à des divergences stratégiques avec les principaux actionnaires du groupe. Aucun des membres du conseil d'administration "n'était visiblement informé du dispositif", qui se déclenchait dès qu'ils allumaient leur micro.

Suite à cette découverte, une porte-parole de Valeo a indiqué que "la société examine la situation et a ouvert une enquête interne. Le conseil une fois informé décidera des suites à donner." Thierry Morin lui n'a pas souhaité réagir. Il affirme toutefois qu'il a reconnu l'installation de ce système d'écoutes "dans une lettre écrite récemment à son successeur" et se défend en jugeant "impensable que personne n'ait été au courant" affirmant que "son seul but était de mieux retranscrire les débats."

L’ancien PDG de Valeo a déjà fait l'objet de vives critiques de la part de l'opinion publique lorsqu'il s'est vu promettre une indemnité 3,26 millions d'euros en quittant le groupe en mars dernier. Le groupe subissait alors de plein fouet l'effondrement des ventes dans le secteur automobile.