L'affaire Giraud-Lherbier pourrait être relancée

  • A
  • A
L'affaire Giraud-Lherbier pourrait être relancée
Partagez sur :

Une part d’ombre subsiste quant aux liens entre Jean-Pierre Treiber, principal suspect, et la tante de Géraldine Giraud, selon Le Parisien.

Le président de la cour d'assises de l'Yonne, qui doit juger Jean-Pierre Treiber pour l'assassinat de Géraldine Giraud et Katia Lherbier en avril prochain, a ordonné de nouvelles investigations. Selon Le Parisien,le juge cherche notamment à savoir si Jean-Pierre Treiber, unique suspect dans cette affaire, connaissait ou non la tante de Géraldine Giraud, Marie-Christine Van Kempen. Cette dernière, un temps mise en examen dans cette affaire, aurait été l’amante de Katia Lherbier, avant qu'elle ne rencontre Géraldine Giraud.

C'est le témoignage d'un de ses anciens codétenus, paru le 15 septembre dans le quotidien régional L'Yonne républicaine qui a notamment incité la justice à relancer l'enquête.

En septembre dernier, un ex-codétenu de Jean-Pierre Treiber avait affirmé que le suspect principal lui avait avoué connaître Marie-Christine Van Kempen. Et ce alors que les deux principaux concernés ont toujours affirmé au cours de l'enquête ne s'être jamais rencontrés, rappelle Le Parisien. "Il s'agit de pouvoir identifier ce témoin et de pouvoir l'interroger", a précisé une source judiciaire. Les corps de Géraldine Giraud et Katia Lherbier ont été retrouvés le 9 décembre 2004 au fond d'un puisard dans le jardin de Jean-Pierre Treiber.

La cavale de ce dernier pourrait également apporter de nouveaux éléments dans cette affaire. Le juge chercherait notamment à déterminer le degré d'implication dans le dossier Giraud-Lherbier descomplicesqui ont aidé Jean-Pierre Treiber à se cacher pendant 74 jours.

Jean-Pierre Treiber s'était évadé le 8 septembre de la maison d'arrêt d'Auxerre. Recherché par toutes les polices de France, il a finalement été interpellé le 20 novembre dernier à Melun. Quatre personnes, dont Michel Huys et Régis Charpentier, soupçonnées de l'avoir aidé pendant sa cavale, ont été mises en examen. Jean-Pierre Treiber a encore été entendu mercredi après-midi par un juge d'instruction sur les conditions de son évasion, mais il a refusé de s'expliquer en l'absence de son avocat.