Karachi : les juges réclament la levée du secret-défense

  • A
  • A
Karachi : les juges réclament la levée du secret-défense
Partagez sur :

Ils ont envoyé une lettre mercredi à Hervé Morin, et réclament du ministre de la Défense qu'il déclassifie certains documents essentiels pour l'enquête.

Les juges antiterroristes chargés de l'enquête sur l’attentat de Karachi ont adressé mercredi une lettre à Hervé Morin. Ils y réclament la levée du secret-défense sur "l'ensemble des documents" qui pourraient les aider dans leur enquête sur cet attentat qui a fait 14 morts - dont 11 salariés de la Direction des constructions navales (DCN) - en 2002, selon une information dévoilée samedi sur le site internet du Point.

Les magistrats ont récemment orienté leur enquête vers l'hypothèse d'un règlement de comptes entre le Pakistan et la France en marge du contrat de vente de trois sous-marins au Pakistan en 1994. Les Français victimes de l'attentat travaillaient à leur construction. Ce contentieux pourrait être lié "à un arrêt des versements de commissions" de la France au Pakistan en marge de ce contrat, selon l'avocat des parties civiles, Maître Olivier Morice.

Les juges Marc Trévidic et Yves Jannier demandent ainsi la levée du secret-défense sur les destinataires de ces commissions et la connaissance que pourraient avoir eu les services de renseignements français sur les causes possibles de cet attentat.

Il revient désormais à Hervé Morin de saisir la Commission consultative du secret de la Défense nationale (CCSDN). Celle-ci pourra alors donner un avis sur la déclassification de certains documents, que le ministre sera libre de suivre ou non, sachant que les quelque 130 avis de cette commission indépendante ont quasiment toujours été suivis.

Hervé Morin avait affirmé, fin juin sur France Info, qu'il ne connaissait pas le contenu des documents qui pourraient exister au sein de son ministère, ajoutant : "je m'engage à déclassifier ce que la commission proposera de déclassifier."