Jungle incendiée : "Les Français ne nous soutiennent pas", déplorent des migrants

  • A
  • A
Partagez sur :

Près d'une trentaine de départs de feux se sont déclenchés dans la nuit de mardi à mercredi, embrasant une partie de la "Jungle". Dans le même temps, le démantèlement du camp de migrants se poursuit.

Alors qu'en deux jours, plus de 4.000 migrants ont été évacués du camp de migrants de Calais, une partie de la "Jungle" s'est embrasée cette nuit, ne faisant qu'un blessé léger, selon la préfecture. Au total, ce sont près d'une trentaine de départs de feux qui ont été constatés, à plusieurs endroits du camp.

Le secteur des petits commerces touché. Les premiers départs de feux se sont déclenchés aux alentours de minuit, notamment dans le secteur des petits commerces et des cafés tenus par des réfugiés. Des bonbonnes de gaz auraient explosées. Ces incendies ont été rapidement maîtrisés dans le courant de la nuit par les pompiers qui stationnaient aux abords du camp.

#CALAIS Incendies cette nuit dans la #jungle

Une photo publiée par Gaspard GLANZ - Taranis News (@taranisnews) le

"Une fois la Jungle détruite, on dormira dans la rue". Ces feux ont vraisemblablement été allumés par dépit par les migrants eux-mêmes qui savent que la Jungle est désormais derrière eux. Peut-être aussi par des migrants qui veulent protester et perturber le démantèlement. Deux réfugiés afghans observaient mardi les destructions de cabanes. "Les Français ne nous soutiennent pas", se plaint l'un des deux, ajoutant qu'en attendant de pouvoir aller en Angleterre, ils allaient trouver un autre endroit pour dormir. "Quand la jungle sera détruite, on dormira dans la rue", ajoute l'autre réfugié. 

#CALAIS Incendies cette nuit dans la #jungle

Une vidéo publiée par Gaspard GLANZ - Taranis News (@taranisnews) le