José Bové condamné à un an avec sursis

  • A
  • A
José Bové condamné à un an avec sursis
Partagez sur :

Le député européen Europe-Ecologie a été condamné pour une action anti-OGM menée en novembre 2006 en Gironde.

José Bové été condamné mercredi à un an de prison avec sursis sans entraîner d'inéligibilité par la cour d'appel de Bordeaux pour une action anti-OGM menée en novembre 2006 dans le sud du département. Le député européen Europe-Ecologie, qui était poursuivi aux côtés de onze autres militants, a également été condamné à 12.000 euros d'amende.

Lors de l'audience en appel, le 23 septembre, le parquet avait requis une peine de huit mois de prison ferme et de quatre ans de privation des droits civiques. En première instance, en octobre 2008, il avait été condamné à 200 jours-amende à 60 euros, soit 12.000 euros.

La cour a en outre confirmé les condamnations à trois mois de prison avec sursis prononcées en première instance à l'encontre de onze autres "faucheurs volontaires".

Le dossier porte sur une action anti-OGM dans une exploitation agricole à Lugos, en Gironde. Les "faucheurs" conduits par l'ancien dirigeant de la Confédération paysanne avaient versé une substance dans un silo, rendant impropre à la consommation 2.320 tonnes de maïs transgénique. Cette action avait valu à José Bové de passer une trentaine d'heures en garde à vue.

Le propriétaire des lieux, Marc Giblet, avait tiré à deux reprises avec un fusil de chasse pour éloigner les manifestants. Il avait été condamné à 160 jours-amende à 60 euros en première instance. Il a été relaxé pour les coups de feu au titre de la légitime défense mais condamné à deux mois de prison avec sursis pour destruction des véhicules qui se trouvaient devant son exploitation. L'avocat général avait requis dix mois de prison avec sursis à son encontre.