Joggeuse égorgée à Nîmes : un Britannique condamné à 30 ans de réclusion

  • A
  • A
Joggeuse égorgée à Nîmes : un Britannique condamné à 30 ans de réclusion
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Il a été condamné pour le meurtre d'une joggeuse, un "crime d'une sauvagerie extrême", selon l'avocat général. 

Robert Plant, un Britannique de 36 ans, a été condamné vendredi soir à 30 ans d'emprisonnement, assorti d'une période de sûreté de 20 ans, par la cour d'assises du Gard pour l'agression sexuelle et le meurtre d'une joggeuse à Nîmes en 2013.

La cour, qui a également imposé à Robert Plant un suivi socio-judiciaire de 10 ans, l'a déclaré coupable tout en reconnaissant une "altération du discernement" du trentenaire mise en avant par les experts psychiatres qui ont diagnostiqué une "schizophrénie simple". Son avocat Jérôme Boursican, qui avait réclamé "une peine juste" de 10 ans d'emprisonnement, a annoncé son intention de faire appel.

"Un crime d'une sauvagerie extrême". L'avocat général a dénoncé "un crime d'une sauvagerie extrême". Partie chercher sa fille à l'école en faisant du jogging depuis sa maison, Jouda Zammit, la victime, avait disparu le 24 janvier 2013 en fin d'après-midi. Vers 22H, son corps avait été découvert dans les fourrés et les ronces, à proximité de son domicile.

Le médecin légiste avait relevé de nombreuses blessures à l'arme blanche, notamment une large "plaie d'égorgement" de 15 cm sur 7 ainsi que des traces d'agression sexuelle. Robert Plant, qui a assuré pendant le procès qu'il avait un "trou noir" et seulement des "flashes" évoquant une agression de la jeune femme et d'une troisième mystérieuse personne contre lui, avait été mis en examen notamment sur la base de témoignages et d'analyses ADN.