"Je criais, mais aucun son ne sortait"

  • A
  • A
"Je criais, mais aucun son ne sortait"
Partagez sur :

Un patient belge, considéré comme étant dans le coma, était en fait éveillé mais incapable de communiquer depuis 23 ans.

De l’expression même de Rom Houben, cela a été une "seconde naissance". Ce patient belge, aujourd’hui âgé de 46 ans, a été considéré par ses médecins comme étant dans un coma végétatif, pendant… 23 ans. Il était en fait bel et bien conscient mais totalement paralysé et par conséquent incapable de communiquer avec le monde extérieur. "Je criais, mais aucun son ne sortait", a raconté l’homme au magazine allemand Spiegel.

Victime d'un accident de la route en 1983, Rom Houben est depuis soigné dans un hôpital de Liège. Très vite, médecins et infirmiers ont considéré qu'il était dans un coma végétatif. "J'ai été le témoin de ma propre souffrance lorsque les médecins et infirmières tentaient de me parler et finissaient par renoncer", a-t-il raconté.

Puis en 2006, des examens médicaux pratiqués à l'Université de Liège ont abouti à découvrir que son cerveau était intact. Depuis, il peut lire grâce à un appareil placé au dessus de son lit et a appris à communiquer par clavier interposé.

L'homme a annoncé mercredi qu'il allait raconter son calvaire dans un livre. "Il a l'intention d'écrire sur son expérience et j'en suis content", a déclaré le docteur Steven Laureys, le médecin qui l'a tiré de son coma.

Rom Houben a ainsi pu raconter son calvaire, condamné à entendre tout ce qui se disait autour de lui, sans pouvoir intervenir. Le pire épisode, raconte-t-il, est survenu le jour où sa mère et sa soeur sont venus lui apprendre la mort de son père. Il voulait pleurer mais son corps demeurait immobile. "Tout le temps je rêvais à une vie meilleure. La frustration est un mot trop faible pour exprimer ce que je ressentais."

Aujourd’hui, cet ancien ingénieur, amateur de sports de combat, est prêt à de nouveau croquer la vie à pleines dents. "Depuis 2006, il a déjà récupéré de la coordination fine, c'est-à-dire qu'il se sert mieux d'un doigt pour manipuler son ordinateur ou son fauteuil roulant", a encore expliqué Steven Laureys. "Je veux lire, parler à des amis par ordinateur, et goûter à la vie maintenant que les gens savent que je ne suis pas mort", a lancé pour sa part Rom Houben.

> L’histoire de Rom Houben vue par son médecin