TÉMOIGNAGE - Jade : "DSK ne me pourrira pas mon futur"

  • A
  • A
TÉMOIGNAGE - Jade : "DSK ne me pourrira pas mon futur"
@ BENOIT PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L’une des deux prostituées qui s’était constituée partie civile dans l’affaire dite du Carlton de Lille, revient sur ces trois semaines de procès.

Elle n’oubliera pas mais compte désormais aller de l’avant. Jade, l’une des deux prostituées qui ont témoigné à la barre dans l’affaire dite du Carlton de Lille, revient sur ces trois semaines de procès. Un procès dont elle estime sortir la tête haute, malgré les moments difficiles à la barre, où elle a notamment dû détailler ses rencontres parfois brutales avec Dominique Strauss-Kahn, jugé pour proxénétisme aggravé dans ce dossier. Alors que les trois avocats de l’ancien président du FMI vont plaider la relaxe de leur client mercredi - une relaxe également requise mardi par le procureur du tribunal correctionnel de Lille - Jade assure qu’elle sortira "droite" de ce procès.

>> LIRE AUSSI - Procès du Carlton : DSK, Dodo...quelles sont les réquisitions ?

"C'est eux qui baissaient le regard". Les premiers jours du procès ont été éprouvants pour Jade. Dès le début des débats, l’ancienne prostituée a dû détailler ses rendez-vous avec René Kojfer, l’un des hommes clés du dossier. La semaine suivante, sans doute la plus difficile pour Jade, a été consacrée à ses rencontres avec DSK. Des rencontres qu’elle a racontées les yeux baissés, visiblement gênée par les questions intimes des juges. "Au début, c'était nous qui avions la honte, toutes les quatre (prostituées à s'être constituées partie civile, ndlr) on avait la tête baissée. Pendant les réquisitions, j'avais la tête haute. Et quand je les regardais, c'est eux qui baissaient le regard", confie-t-elle aujourd’hui au micro d’Europe 1.

Ecoutez l'intégralité du témoignage de Jade :



diapo jade okpar Europe1fr

"C'est du gros foutage de gueule".Les réquisitions à l’encontre des quatorze prévenus ont pourtant été plutôt clémentes, des peines de prison avec sursis pour la majorité des prévenus, de la prison ferme uniquement contre Dodo la Saumure et surtout, la relaxe pour DSK. Jade, elle, garde l’intime conviction que les prévenus ont chacun d’entre eux minimisé leur rôle dans cette affaire. "Même s'ils ont l'air de dire qu'ils ne se souviennent pas, que l'un est sourd, que l'autre a vieilli, que celui-là ne se rappelle pas, c'est du gros foutage de gueule. Moi je sais qu'ils savaient", assure-t-elle.

>> LIRE AUSSI - Procès du Carlton : DSK assume sa sexualité "rude"

"Je m'en fiche de ce monsieur là". Concernant DSK, elle préfère ne pas s’épancher sur son cas. "La justice estime qu'il n'est coupable de rien, parce qu'il ne se souvient pas ou qu'il ne savait pas, qu'il était un grand naïf. C'est une personne qui assume probablement sa sexualité, qui est différentes des autres, blablabla...", se contente-t-elle de rappeler.

>> LIRE AUSSI - Procès du Carlton : du libertinage, pas de prostituées, clame DSK

Une prise de distance qui cache mal sa blessure. "Je m'en fiche de ce monsieur là, parce que je ne le connaissais pas quand je l'ai rencontré. Mais je ne pourrais pas l'oublier, parce que je travaillais dans un magasin où je vendais des magasines avec du DSK à tire-larigot. Et, chaque fois que je voyais sa tête, je revoyais ce qu'il m'avait fait vivre. Mais moi, devant le miroir et devant mes proches, je suis droite avec moi. Cet homme ne me pourrira pas mon futur", déclare-t-elle comme pour s’en convaincre elle-même. Mercredi marquera la fin du procès du Carlton et Jade, 42 ans, compte donc très vite reprendre sa vie normale.