Irma : sur les réseaux sociaux, l'inquiétude et la solidarité des Guadeloupéens

  • A
  • A
Irma : sur les réseaux sociaux, l'inquiétude et la solidarité des Guadeloupéens
À Saint-Barthélémy, les pouvoirs publics français disposent encore d'informations parcellaires.@ Kevin Barrallon / FACEBOOK / AFP
Partagez sur :

Sur les réseaux sociaux, l'angoisse montait jeudi parmi nombre de Guadeloupéens, sans nouvelles de leurs proches établis à Saint-Martin ou Saint-Barthélemy.

Sur le groupe Facebook "Cyclone St Barth infos et solidarité", créé pour l'occasion, les messages affluent. "Des nouvelles de Grand-Cul-Sac svp. Impossible de joindre mon père. Merci !". Comme Candice, de nombreux Guadeloupéens sont toujours sans nouvelles de leurs proches à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, après le passage dévastateur de l'ouragan Irma mercredi.

Dans l'attente d'un bilan à Saint-Barth. L'une cherche son mari, une autre sa grand-mère, ses oncles, ses tantes, ses cousins et leurs enfants. Si selon les derniers chiffres, Irma, qui poursuit sa route dans les Caraïbes, a fait 9 morts, dont 8 dans la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, le bilan n'est pas encore connu pour Saint-Barthélemy. De l'aveu même de ces secouristes, interrogés par un journaliste d'Europe 1, "il faut parfois attendre deux jours après le passage d'un ouragan pour que les personnes touchées puissent être prises en charge".

Pas d'électricité. Les deux îles sont maintenant sans eau potable, sans électricité, les bâtiments publics inutilisables, les maisons détruites, les arbres arrachés et les services de secours eux-mêmes dévastés. Il faudra "des semaines et des mois" pour un retour à la normale de l'électricité à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a prévenu EDF. Le réseau téléphonique mobile est en revanche déjà rétabli à Saint-Martin et en passe de l'être à Saint-Barthélemy, selon Orange.

La Guadeloupe, qui avait été placée en vigilance rouge cyclonique, a également été touchée mais dans une moindre mesure. Quelque 1.500 personnes ont été hébergées dans des abris, et 8.000 foyers ont été privés d'électricité.

Solidarité et soutien. Sur les réseaux, on tente aussi de se rassurer. "Je viens d'avoir mon père, à Anse des Cayes, il dit qu'il n'y a pas de morts ni de blessés. Beaucoup de dégâts mais les habitants sont tous bien", indique notamment Tiago. Depuis la métropole, voire même ailleurs dans le monde, les familles et proches envoient également des messages de compassion. "On pense à vous", "On vous soutient", ou encore "Solidarité aux Antilles".

Les associations mobilisées. Les antennes des radios locales ont été ouvertes pour passer des avis de recherche de particulier à particulier. Des associations se mobilisent également un peu partout et diffusent leurs appels à contribution sur les réseaux sociaux. La Croix-rouge, le Secours populaire et la Fondation de France ont enfin lancé des appels aux dons pour venir en aide aux populations touchées par le passage de l'ouragan Irma aux Antilles, où les témoignages évoquent des scènes de chaos.

Pour ceux qui attendent, l'angoisse monte au fil des heures qui les séparent des dernières nouvelles reçues des familles confinées pendant le cyclone. Sur Facebook, Élodie lâche à une amie paniquée : "Essaye de dormir un peu, ma biche, on ne peut qu'attendre et prier".