Intempéries : une centaine de détenus d'une prison du Loiret évacués

  • A
  • A
Intempéries : une centaine de détenus d'une prison du Loiret évacués
"Entre 1,80 et 2 mètres d'eau" noyaient mardi le local technique d'un des deux bâtiments de la maison d'arrêt pour hommes.@ RICHARD BOUHET / AFP
Partagez sur :

Deux bâtiments de la prison de Saran, dans le Loiret, ont été inondés mardi, privant certains détenus d'électricité et de chauffage.

Une centaine de détenus de la prison de Saran dans le Loiret ont été transférés vers des établissements voisins, après les intempéries qui ont touché le Nord et le Centre de la France, a annoncé mardi le ministère de la Justice. Deux bâtiments du centre pénitentiaire ont été inondés : "entre 1,80 et 2 mètres d'eau" noyaient le local technique d'un des deux bâtiments de la maison d'arrêt pour hommes, causant "l'arrêt de l'électricité et du chauffage", selon un porte-parole du ministère. Les 200 pensionnaires avaient d'abord été déplacés en interne lundi, a poursuivi le porte-parole, qualifiant la situation d'"exceptionnelle". "On a expliqué aux détenus, qui ont bien compris. Il n'y a eu aucun souci", a-t-il commenté.

Transferts. Le second bâtiment de la maison d'arrêt pour hommes a ensuite été inondé, "mais pas dans les mêmes proportions", puisque les détenus ont encore "l'électricité et la télé", selon ce porte-parole. Les bâtiments du centre de détention et de la maison d'arrêt pour femmes de Saran sont restés au sec. Mardi matin, "une centaine de détenus" ont été transférés dans des établissements voisins, notamment à Châteaudun (Eure-et-Loire), Châteauroux (Indre), ou encore Joux-la-ville (Yonne) "en fonction de leurs attaches familiales", de leur "situation personnelle" et des "places disponibles" ailleurs, a déclaré le porte-parole. Les 200 pensionnaires du bâtiment le plus inondé auraient dû "tous" être transférés mardi, "mais les routes sont tellement impraticables qu'on a dû renoncer à certains transferts", a-t-il observé. Quatre bus de l'armée ont par ailleurs aidé au transfert, qui se poursuivait mardi soir. 

436 détenus évacués en 2010. La centaine de détenus restante sera également "évacuée pour que les locaux soient remis en place le plus rapidement possible", selon ce cadre du ministère de la Justice. De fortes pluies ont provoqué d'importants dégâts dans le Nord et le Centre de la France en raison de la crue du Loing, un affluent de la Seine. Ces inondations, extrêmement rares pour une fin mai, n'ont fait aucune victime. En 2010, les 436 détenus de Draguignan (Var) avaient déjà dû être évacués en raison d'inondations. L'eau étant alors montée jusqu'au premier étage de cette prison. Le centre pénitentiaire de Saran, récent, avait été "inauguré il y a deux ans", précise le ministère de la Justice.