Insémination post-mortem : le Conseil d'État favorable au transfert du sperme vers l'Espagne

  • A
  • A
Insémination post-mortem : le Conseil d'État favorable au transfert du sperme vers l'Espagne
Image d'illustration@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Le Conseil d'Etat est favorable au transfert du sperme en Espagne d'un homme décédé pour que sa veuve puisse se faire inséminer artificiellement.

Le rapporteur du Conseil d'État s'est déclaré vendredi en faveur de la requête d'une jeune femme espagnole, désireuse d'avoir un enfant de son mari décédé et qui réclame le transfert vers l'Espagne du sperme congelé en France.

"Une situation exceptionnelle". "Nous préconisons l'exportation" du sperme, a déclaré, lors d'une audience publique, Aurélie Bretonneau, rapporteur public, évoquant une situation "exceptionnelle" alors que la France interdit l'insémination post-mortem. Les avis du rapporteur public sont souvent suivis par la justice administrative.

Mariana Gonzalez-Gomez voudrait avoir un enfant avec son mari. Mais cette Espagnole est veuve depuis juillet 2015 - son mari, Nicola Turri, est mort d'un cancer en juillet dernier. Le couple avait tout prévu pour que la jeune femme puisse tomber enceinte après le décès du mari.