Inondations à Nemours : "c'est un désastre"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans l'une des villes les plus touchées par les intempéries, les commerçants espèrent faire redémarrer l'activité économique au plus vite.

REPORTAGE

Sept départements restaient en alerte orange inondations, mardi matin, notamment l'Essonne, qui devrait connaître un dernier pic de crue dans la journée. Dans les départements où le plus dur est passé, comme en Seine-et-Marne, la vie reprend doucement ses droits. A Nemours, ville particulièrement touchée par la crue, les commerçants du centre-ville espèrent pouvoir reprendre au plus vite leur activité.

"Notre outil de production est mort". A l'imprimerie Vaillot, tout est par exemple à jeter. Le Kärcher parvient à peine à décoller la boue incrustée dans les machines de l'atelier. "Tout notre outil de production est mort, c'est un peu un désastre", déplore le gérant, qui évalue les dégâts à "200.000 ou 300.000 euros". "Franchement, je suis inquiet. Je ne sais pas à quelle sauce on va être mangés par les assureurs", confie-t-il. "Moi, j'espère qu'ils vont nous aider, qu'on va débloquer des fonds, qu'on va nous aider à faire redémarrer cette petite entreprise." Pour l'instant, les quatre salariés de l'imprimerie sont au chômage technique, la petite entreprise n'ayant pas la trésorerie pour acheter des machines neuves.

"Le centre-ville va mourir". Une situation similaire à celle de beaucoup de commerçants du centre, qui ont engagé une course contre la montre pour sauver leur affaire. "Il y a les charges, le loyer à payer, il faut redémarrer l'activité au plus vite, sans quoi le centre-ville va mourir", témoigne une responsable de boutique, qui "espère que (ses) clients resteront". "Ils attendront, je pense. J'espère que ça repartira". 

Les travaux les plus importants seront à réaliser dans les commerces de bouche, rongés par l'humidité. Boulangeries et restaurants devront être rénovés et surtout désinfectés avant de pouvoir accueillir le moindre client.