Info Europe 1: les boîtes noires n'ont pas été repérées

  • A
  • A
Info Europe 1: les boîtes noires n'ont pas été repérées
Partagez sur :

Contacté par Europe 1, Philippe Guillemet, commandant du navire "Pourquoi Pas ?", dément formellement avoir repéré les boîtes noires.

Les boîtes noires de l'Airbus A330 qui s'est abîmé en mer le 1er juin n'ont toujours pas été localisées. Contacté par Europe 1 mardi matin, Philippe Guillemet, le commandant du "Pourquoi Pas ?", navire de l'Ifremer présent sur la zone de recherches, a catégoriquement démenti l'information publiée un peu plus tôt par Le Monde.fr, selon laquelle le signal des boîtes noires avait été repéré.

A la question "Très clairement, vous n'avez pas du tout repéré les boîtes noires ?", le commandant Guillemet a répondu : "absolument." "Ce qu'on a pu lire dans "Le Monde", je regrette bien que ce ne soit pas juste. Je ne valide pas du tout cette information, je ne sais pas d'où ça vient. On est toujours en phase de recherches."

"Des ondes acoustiques, on en reçoit, mais il n’y a rien de validé, hélas, a poursuivi le commandant. C’est une fausse information qui est passée."

"On détecte régulièrement des sons dont on se dit qu'ils pourraient provenir de la boîte noire", explique Christophe Prazuck, porte-parole de l'état-major des armées :



Le site internet du Monde affirmait mardi matin que le sous-marin de poche Nautile de l'Ifremer avait plongé, lundi, "pour tenter de localiser" les boîtes noires. Selon Le Monde.fr, "les bâtiments de la marine française ont capté un signal très faible qui pourrait provenir des boîtes noires de l'avion".

"A ce jour, les enregistreurs de vol n'ont pas été localisés", a réagi le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA). "Ce n'est pas la première fois qu'on entend des bruits. Tous ces bruits, on va les vérifier. Les travaux de recherche continuent", a poursuivi la porte-parole du BEA. "Repérer les boîtes noires signifie les localiser", or elles ne le sont pas, a-t-elle enfin souligné.

Hervé Morin, ministre de la Défense, a appelé à la prudence sur ce type d'informations par respect pour les familles des victimes. "Nous ne sommes pas en mesure de confirmer que les signaux proviennent des boîtes noires de l'avion", a-t-il ajouté.

> Dossier spécial - Le crash du vol AF 447