Incendies : en Corse, Gérard Collomb annonce l'achat de 6 Dash supplémentaires

  • A
  • A
Incendies : en Corse, Gérard Collomb annonce l'achat de 6 Dash supplémentaires
Plusieurs syndicats s'inquiètent d'annulations de crédits pour la sécurité civile à hauteur de 40 millions d'euros prévues dans le budget 2017. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

Un syndicat de pilotes de Canadair avait interpellé la Sécurité civile au sujet du "manque d'avions bombardiers d'eau".

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé mardi soir en Haute-Corse la commande de six bombardiers d'eau de type Dash 8 supplémentaires pour lutter contre les incendies de forêts.

La flotte "est aujourd'hui suffisante en France", mais doit "faire l'objet à chaque fois d'un entretien quand elle revient à terre", a déclaré le ministre, qui s'est rendu à Biguglia au poste de commandement des pompiers luttant depuis lundi contre un incendie qui a détruit quelque 1.800 hectares de gros maquis. "Pour donner une petite idée, l'an dernier, à la même époque, nous avions effectué 2.000 largages d'eau. Là, nous en sommes à 4.000. Cela veut dire que les avions sont mis à rude épreuve", a souligné Gérard Collomb, remerciant "l'ensemble de celles et ceux qui se mobilisent", avant de survoler la zone en hélicoptère.



Le manque d'avions bombardiers d'eau. Plus tôt dans la journée, un syndicat de pilotes de Canadair avait interpellé la Sécurité civile au sujet du "manque d'avions bombardiers d'eau", certains étant cloués au sol, alors que près de 4.000 hectares de maquis et de forêts sont partis en fumée dans le Sud-Est depuis lundi. La Sécurité civile dispose actuellement d'une flotte aérienne comptant 23 aéronefs bombardiers d'eau, soit 12 Canadair, 9 Tracker et 2 Dash. Elle a demandé à l'Union européenne deux avions Canadair en renfort, dont un est arrivé en Corse depuis l'Italie en début de soirée.

Les pompiers ont réclamé un matériel plus performant. Mardi après-midi, huit syndicats de pompiers ont été reçus par le ministre de l'Intérieur à qui ils ont réclamé notamment un matériel plus performant pour combattre les incendies, qui ravagent actuellement plusieurs zones du sud de la France. Plusieurs syndicats s'étaient en effet inquiété de l'annulations de crédits pour la sécurité civile à hauteur de 40 millions d'euros prévues dans le budget 2017.