Incendie de l’école en Alsace : le suspect écroué

  • A
  • A
Incendie de l’école en Alsace : le suspect écroué
Partagez sur :

L’habitant de la commune de Surbourg, âgé de 25 ans, a reconnu avoir saccagé et incendié l'école primaire lundi.

L'auteur présumé du saccage et de l’incendie de l'école primaire de Surbourg, dans le Bas-Rhin, a été mis en examen et écroué samedi pour vol par effraction et incendie. L’homme de 25 ans, placé en garde à vue jeudi dans le cadre de l’enquête, a reconnu sa participation aux faits. Les enquêteurs parlent d'un "acte d'opportunité", d'un "cheminement" sans grande cohérence pour lequel le prévenu, qui prétend avoir agi seul, n'avance pas d'explication rationnelle.

Le suspect, qui vit à Surbourg chez ses parents, était déjà connu des services des policepour une affaire de stupéfiants. Ce jeune homme, sans emploi, aurait seulement voulu dérober un bien. "Le milieu enseignant n'était pas visé, on n'est pas dans le cadre d'une agression construite et revendiquée" contre l'école et le milieu enseignant, a indiqué vendredi le procureur. Le suspect aurait agi seul.

Selon les informations recueillies dès jeudi soir par Europe 1, des objets volés dans l'établissement scolaire, notamment du matériel informatique et un appareil photo numérique, ont été retrouvés au domicile de l'homme. Une trace ADN lui appartenant a également été relevée sur les lieux de l’incendie. C'est elle qui a permis de remonter jusqu'au suspect dont le nom figurait dans les fichiers policiers.

Le saccage de l'école de Surbourg, une commune de 1.600 habitants située à 50 kilomètres au nord de Strasbourg, avait été unanimement condamné. Le ministre de l'Education nationale s’était rendu sur place mardi. "S'attaquer à une école de village, c'est porter atteinte aux valeurs (...) de la République", avait insisté Luc Chatel. Entre 150 et 200 personnes, selon la gendarmerie, avaient par ailleurs manifesté samedi après-midi, derrière une grande banderole proclamant "Ne touche pas à mon école".

Le bâtiment ne sera pas en état d'accueillir à la rentrée, dans moins de six semaines, les 85 élèves de l'école. Les travaux de reconstruction devraient durer plusieurs mois. Dans l'attente, les élèves seront accueillis dans le centre socio-culturel de la commune qui sera aménagé dans ce but. Au terme de sa reconstruction, l'école devrait être labellisée "école numérique rurale" et bénéficiera de ce fait d'un important équipement informatique.