Ils gagnent 500.000 euros à un jeu de grattage, la justice en saisit la moitié

  • A
  • A
Ils gagnent 500.000 euros à un jeu de grattage, la justice en saisit la moitié
Le couple avait empoché 500.000 euros à un jeu à gratter. @ THOMAS COEX / AFP
Partagez sur :

Un couple de malfaiteurs soupçonné de travail dissimulé est parvenu à éviter la justice en envoyant de nombreux mandats cash en Turquie... Jusqu'à ce qu'ils gagnent aux jeux. 

Un coup de chance ? Pas si sûr. Soupçonné de travail dissimulé et pisté par les gendarmes depuis plus de deux ans, un couple vient de remporter 500.000 euros à un jeu à gratter... Et d'en voir la moitié saisie par la justice.

200.000 euros de préjudice. Le début de l'affaire remonte à 2014. Lors d'un contrôle routier, les gendarmes de Laon, dans l'Aisne, repèrent un couple propriétaire d'une entreprise de BTP et soupçonnés d'employer cinq personnes sans les déclarer. Les impôts et l'Urssaf estiment que le préjudice s'élève à plus de 200.000 euros. Une surveillance est mise en place. 

Un jeu de grattage. Problème : le couple, turc, envoie de nombreux mandats cash dans son pays d'origine et ne possède pas grand chose en France. Impossible donc pour les enquêteurs de saisir quoi que ce soit. Jusqu'au jour où ces derniers tombent sur un article intéressant, publié dans la presse locale. "On a appris qu'il y avait des gens qui avaient gagné une somme assez importante aux jeux de grattage", raconte le capitaine Marc Lescquire. "En orientant un peu nos recherches, on est arrivés à la conclusion que ça pouvait être le couple qui nous intéressait". 

Jusqu'à 10 ans de prison. "La pugnacité, un petit brin de chance et des vérification opérées sur leur compte bancaire" ont fait le reste. Sur les 500.000 euros de gains, les malfaiteurs en avaient déjà dépensé 150.000. Un peu plus de 200.000 euros ont été immédiatement saisis par la justice. Les auditions du couple ont permis d'écarter la responsabilité de la femme, ignorant tout du manège de son époux. Mis en examen, ce dernier risque jusqu'à dix ans de prison pour travail illégal en récidive, blanchiment d'argent aggravé et exercice de la profession de gérant d'entreprise malgré une interdiction.