Huit Français sur dix ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage

  • A
  • A
Huit Français sur dix ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage
93% des proches de la droite, mais aussi 61% des sympathisants de la gauche, ne s'attendent pas à l'inversion de la courbe. Image d'illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Et même si ils y croyaient, cela n'améliorerait pas l'image qu'ils ont du président de la République, selon un sondage publié vendredi. 

Huit Français sur dix (82%) ne croient pas que la courbe du chômage va s'inverser et si cette inversion devait se produire dans les mois à venir, cela n'améliorerait pas l'opinion de trois-quarts d'entre eux à l'égard de François Hollande, selon un sondage Odoxa publié vendredi. 

Pessimisme à droite comme à gauche. Seuls 17% des Français pensent que la baisse du nombre de chômeurs enregistrée en septembre "annonce l'inversion de la courbe du chômage promise depuis longtemps par François Hollande". Si 93% des proches de la droite ne s'attendent pas à l'inversion de la courbe, c'est aussi le cas de 61% des sympathisants de gauche, selon cette enquête pour France Info.

Hollande, un blason dur à à faire reluire. Par ailleurs, "si le chômage venait à baisser régulièrement au cours des mois à venir", cela n'inciterait pas 77% des personnes interrogées à améliorer leur jugement à l'égard de François Hollande, contre 23% d'un avis contraire. Sur cette question toutefois, une majorité de sympathisants de gauche (54%) aurait une meilleure image du président de la République, contre 7% seulement des proches de la droite.

Juppé et Macron feraient mieux. Alain Juppé arrive en tête des personnalités qui, selon les personnes interrogées, feraient "plutôt mieux" que François Hollande contre le chômage, avec 35% de réponses positives, mais pour 17% il ferait "plutôt moins bien" et pour 47% "ni mieux ni moins bien". L'ex-Premier ministre devance Emmanuel Macron (31% "plutôt mieux", 19% "plutôt moins bien"), Marine Le Pen (25% "plutôt mieux", 37% "plutôt moins bien") et Nicolas Sarkozy (21% "plutôt mieux", 33% "plutôt moins bien").