Hortefeux soigne les sapeurs-pompiers

  • A
  • A
Hortefeux soigne les sapeurs-pompiers
Partagez sur :

Brice Hortefeux a présenté samedi à Saint-Etienne une série de mesures destinées notamment à relancer le volontariat.

Les sapeurs-pompiers volontaires sont aujourd’hui 200.000 en France. Mais en quatre ans, leur nombre a fondu de 10.000. La durée de leur engagement a également été divisée par deux en 20 ans. Brice Hortefeux s'est rendu samedi à Saint-Etienne, pour clôturer le 116ème congrès des sapeurs-pompiers. Le ministre de l’Intérieur a présenté une série de mesures pour éviter que certains ne renoncent, et pour attirer au passage de nouveaux candidats au volontariat.

Brice Hortefeux a ainsi annoncé "l'interdiction totale toute l'année et sur tout le territoire des mortiers de feux d'artifice, utilisés parfois pour agresser les secours". Il a également annoncé "une meilleure individualisation de la formation des volontaires, en allégeant de 15% en 3 ans le volume de la formation sans en altérer le sens et l'efficacité". Il a aussi évoqué la piste "d'une valorisation de l'engagement volontaire dans les régimes de retraite".

"Ce congrès offre un très bon bilan, avec de véritables avancées, nous sommes très heureux, car cela va envoyer un message fort en direction des gens intéressés par le volontariat", a déclaré le colonel Richard Vignon, réélu vendredi à son poste de président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) avec 97,7% des voix.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur avait hâté la publication au Journal officiel d'un décret très attendus par les sapeurs-pompiers. Ce décret prévoit notamment une augmentation du prix de l'heure de vacation payée au pompiers volontaire de 2,1% pendant 3 ans (actuellement 7 euros en moyenne et qui avait très peu progressé depuis 1998), l'avance de minuit à 22 heures la plage horaire de nuit et la possibilité pour les pompiers volontaires en bonne santé de continuer à exercer jusqu'à 65 ans alors que la limite d'âge était jusqu'à présent de 55 ans.

Jeudi, une circulaire, là aussi très attendue, avait mis fin à la querelle entre les ambulanciers et les pompiers en définissant mieux leurs rôles. Pour tout ce qui est urgence, comme les accidents de la route, ce sont les pompiers qui interviennent et tout ce qui concerne la médecine ambulatoire revient aux ambulanciers.