Hortefeux : les aspirants policiers "seront incorporés"

  • A
  • A
Hortefeux : les aspirants policiers "seront incorporés"
Partagez sur :

Fin juillet, un millier de candidats avaient appris le report de leur incorporation. Une "initiative administrative" désavouée par le ministre.

"Les engagements pris vis-à-vis de ces jeunes seront tenus". Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a tenté de mettre fin mercredi à la controverse née de la décision de son ministère de reporter l'incorporation des jeunes admis dans les écoles des "cadets de la République".

Le ministère de l'Intérieur avait averti fin juillet les 1.050 garçons et filles, âgés entre 18 et 25 ans, qui avaient réussi les tests pour entrer le 1er septembre dans les écoles de police, que leur incorporation était reportée sine die pour raisons financières.

"C'est une initiative administrative, je ne me reconnais pas dans cette initiative, je la désavoue", a déclaré Brice Hortefeux qui a annoncé que 900 cadets seraient recrutés "à partir du 1er octobre".

"C’est une grande satisfaction", pour Yannick Danio, le porte-parole du premier syndicat de gardiens de la paix, l'Union syndicale majoritaire :



Créée par Nicolas Sarkozy en 2005 pour favoriser la mixité sociale au sein de la police, la formation offre à des jeunes non bacheliers une préparation au concours de gardien de la paix, pour qui le bac est exigé. L'annonce du report fin juillet alors qu'ils devaient être intégrés le 1er septembre avait plongé les futurs élèves dans le désarroi.

Le secrétaire général du syndicat Alliance-police, Jean-Claude Delage avait souligné que la question des 1.050 cadets n’était "qu'une partie du problème puisque 2.700 personnes qui ont réussi le concours de gardien de la paix attendent elles aussi d'être admises dans les écoles, ainsi que 700 adjoints de sécurité".