Hervé Morin : la présence de débris "pas confirmée"

  • A
  • A
Hervé Morin : la présence de débris "pas confirmée"
Partagez sur :

"Une hypothèse qui n'est pas confirmée" : voilà les termes employés par Hervé Morin, le ministre de la Défense, mardi matin sur Europe 1 à propos des débris qui auraient été aperçus, au large du Sénégal, par l'équipage d'un avion de la compagnie TAM, la nuit du drame.

La présence de débris au large du Sénégal n'est qu'"une hypothèse qui n'est pas confirmée", a affirmé, mardi matin, le ministre de la Défense, Hervé Morin, sur Europe 1. Le ministre réagissait aux affirmations d'un équipage de la compagnie brésilienne TAM des débris qui aurait aperçu des "débris", au large du Sénégal, la nuit du drame.

"Les recherches seront poursuivies aussi longtemps que nécessaire", annonce encore Hervé Morin, qui précise que "tous les moyens maritimes et aériens" qui pouvaient être mis à "disposition" l'ont été.

Dominique Bussereau, le secrétaire d'Etat aux Transports, a indiqué, de son côté, que "le foudroiement est une hypothèse parmi d’autres". Selon lui, "on ne peut pas considérer qu’un simple foudroiement peut entraîner la perte de contrôle d’un avion puisque tous les circuits sont redondants, triplés, quadruplés". Le secrétaire d'Etat a évoqué "un ensemble de circonstances, comme dans un accident de voiture ou de train", précisant que l'enquêteur désigné par Air France au sein du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) de la Sécurité de l'Aviation civile est "Alain Bouillard, qui avait été l'enquêteur du crash du Concorde".

"Nicolas Sarkozy verra [les familles des victimes] lundi prochain, vraisemblablement au palais de l'Elysée, avec nous tous, pour les informer" a par ailleurs indiqué Dominique Bussereau. Interrogé sur d'éventuelles maladresses des différentes cellules de soutien, évoquées par le frère d'une victime mardi matin, le secrétaire d'Etat a reconnu "possible que l'effort d'information n'ait pas été fait" dans un certain nombres d'aéroports où les victimes étaient attendues.. "Si c'est le cas le cas, je demanderai à Air France de présenter ses excuses."