Hérault : évacuation controversée d'un parc animalier

  • A
  • A
Hérault : évacuation controversée d'un parc animalier
@ SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :

POLÉMIQUE - La Fondation 30 millions d'amis a procédé à l'évacuation de centaines d'animaux dans un parc animalier de l'Hérault placé en liquidation judiciaire. 

L'évacuation par la Fondation 30 millions d'amis de plusieurs centaines d'animaux d'un parc animalier de l'Hérault en liquidation judiciaire a commencé mardi matin dans un climat de tension.

Des animaux dans des centres adaptés. Près de 600 animaux, dont environ 500 oiseaux (perroquets, perruches, cacatoès, flamands roses...) et une soixantaine de mammifères comme des buffles d'Asie, daims, dromadaires, renards doivent être transférés à partir de mardi vers des "centres adaptés" selon la fondation. "Dans le cadre de la liquidation judiciaire" du parc Val d'Hérault nature, "les autorités ont cédé tous les pensionnaires de l'établissement à la Fondation 30 Millions d'Amis", a expliqué cette dernière dans un communiqué qualifiant l'opération de "sauvetage d'envergure".

Les employés en colère. Les journalistes et les employés du parc qui se trouvaient sur le site de Saint-Thibéry, à 20 kilomètres à l'est de Béziers, ont notamment été évacués par les gendarmes. Mardi matin, des employés présents sur place ont manifesté leur opposition à l'évacuation, qui est pour eux synonyme de pertes d'emploi. Le parc employait jusqu'à une cinquantaine de personnes en comptant les saisonniers.

Vincent Gaudy, maire PS de Florensac et conseiller départemental du canton de Saint-Thibery se trouvait également sur les lieux. "Il y a trois offres de reprises et le liquidateur judiciaire me répond qu'il n'a pas cette information. On est dans une opacité énorme et quand il y a de l'argent public on se doit à une certaine transparence", a-t-il déclaré. "Quand il n'y aura plus d'animaux il n'y aura plus de reprise possible", a souligné l'élu. Le propriétaire du foncier Jean Clause Asset est également opposé à l'évacuation. Le parc lui doit 600.000 euros. "Je vois le site totalement dépouillé des animaux et du bâti. Je me questionne énormément car il a des repreneurs sérieux et le liquidateur judiciaire n'en tient aucun compte", assure-t-il.