Harcèlement à l'école : Vallaud-Belkacem dégaine son plan

  • A
  • A
Harcèlement à l'école : Vallaud-Belkacem dégaine son plan
@ AFP
Partagez sur :

Un nouveau numéro le 30 20, facile à mémoriser pour les enfants, des spots télévisés, une journée nationale, la ministre de l'Education a présenté une série de mesures contre le harcèlement.

Najat Vallaud-Belkacem a présenté jeudi une série de mesures contre le harcèlement scolaire qu'elle avait déjà en grande partie annoncées en février. "Certains dans notre société continuent de penser que le harcèlement n'est finalement qu'un jeu d'enfants, un passage obligé", a regretté la ministre lors d'une conférence de presse. "Quand nous connaissons les drames que le harcèlement peut provoquer (...) il n'est plus possible de tenir ce discours de banalisation".

Un nouveau numéro le 3020. La mesure était réclamée depuis longtemps par les associations. Un nouveau numéro, le 3020, mémorisable plus facilement par les enfants, est mis en place. Il remplace le numéro vert (0808 807 010) qui existait depuis 2013. "Il me semblait indispensable d'amplifier notre action", d'où une journée pour dire "non au harcèlement" le 5 novembre, a-t-elle expliqué.

Une journée nationale. Chaque premier jeudi suivant les vacances de la Toussaint, se tiendra une journée nationale contre le harcèlement scolaire dans tous les établissements scolaires. "Il me semblait indispensable d'amplifier notre action", d'où une journée pour dire "non au harcèlement" le 5 novembre, a indiqué la ministre. Problème : selon le témoignage jeudi sur Europe 1 d'un professeur de collèges par ailleurs mère d'une victime de happy-slapping, les enseignants n'ont pas reçu de consignes sur cette journée intitulée "Non au harcèlement".

Un clip vidéo réalisé par Mélissa Theuriau. Un clip de sensibilisation destiné aux 7-11 ans sera diffusé sur les chaînes télés, jeudi 5 novembre, lors de la première journée nationale contre le harcèlement. Il sera aussi présenté en classe de primaire. Ce spot vidéo est co-produit par la journaliste Mélissa Theuriau, victime de harcèlement lorsqu'elle était adolescente. Le pitch ?  Un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Dans le couloir, une camarade lui dit que ça doit s'arrêter, qu'il faut en parler. Il faut "faire sortir les victimes du silence, car tant qu'on n'en parle pas, le harcèlement ça dure", mais aussi il faut aussi interpeller les témoins, a fait valoir la ministre.




Campagne Non Au Harcèlement -  Le harcèlement...par EducationFrance