Haguenau : le corps calciné est bien celui du père

  • A
  • A
Haguenau : le corps calciné est bien celui du père
Partagez sur :

Trois fillettes avaient été retrouvées samedi dans leur maison incendiée. La thèse du triple infanticide avant le suicide reste privilégiée.

Le cadavre calciné retrouvé dans les décombres d'une maison incendiée samedi à Haguenau est, comme attendu, celui du père des trois fillettes de 5, 11 et 13 ans retrouvées mortes dans le bâtiment. Les jeunes filles avaient été égorgées et avaient reçu une balle dans la tête. Les prélèvements ADN effectuées sur les lieux du drame ont livré leur verdict mardi, selon le procureur de la République adjoint de Strasbourg, Claude Palpacuer.

La thèse du triple infanticide suivi d'un suicide reste d'actualité "Ce pourrait être une tragédie de la séparation, mais c'est à l'enquête judiciaire de le confirmer", a affirmé le maire de Haguenau, Claude Sturni. Le couple était engagé dans une procédure de divorce, qui se passait très mal. Cyril Mesbah avait kidnappé sa femme et menacé de l'égorger si elle ne revenait pas sur sa volonté de séparation. Il avait été condamné pour cela à quinze mois d'emprisonnement dont trois ferme. Il était sorti de prison le 4 novembre.

"La piste familiale est largement privilégiée, même si aucune autre hypothèse ne doit être exclue", a confirmé dès samedi le directeur du SRPJ. Les enquêteurs, présents à Haguenau dimanche, veulent reconstituer l'emploi du temps du père. Ils doivent entendre des témoins, trop choqués la veille pour répondre à leurs questions. La mère des enfants a ainsi été hospitalisée une demi-journée après avoir appris la mort de ses enfants.

Les trois filles passaient le week-end avec leur père pour son anniversaire. Sabrina, 5 ans, Narjiss, 11 ans, et Nivine, 13 ans, vivaient avec leur mère depuis fin août. "C'était une famille qui n'avait jamais été repérée comme difficile, elle vivait dans un lotissement plutôt paisible, dans une maison sympathique", a résumé le maire. Cyril Mesbah, 49 ans, était décrit par ses voisins directs comme un homme discret et sympathique, bon bricoleur, toujours prêt à donner un coup de main.