Guyane : le collectif qui pilote le mouvement a reçu une réponse "très technique" du gouvernement

  • A
  • A
Guyane : le collectif qui pilote le mouvement a reçu une réponse "très technique" du gouvernement
L'ancien policier porte-parole, Michael Mancée (droite), quitte le collectif des "500 frères"@ JODY AMIET / AFP
Partagez sur :

Le collectif qui coordonne le mouvement social a étudié la réponse "très technique" du gouvernement pour s'assurer de ne pas "louper" un rendez-vous comme celui-là.

Le collectif "Pou la Gwiyann dékolé", qui pilote le mouvement social qui paralyse la Guyane depuis un mois, a annoncé mardi soir avoir reçu une réponse du gouvernement sur son projet de protocole d'accord, une réponse "très technique", qu'il va analyser durant la nuit.

Une réponse très technique. "Ce soir, nous avons eu une réponse du gouvernement. Cette réponse est très technique. Chaque mot et chaque virgule sont importants, donc c'est un travail [d'analyse, ndlr] qu'on va faire toute la nuit", a indiqué à la presse la porte-parole du collectif, Valérie Vanoukia.

"On peut louper ou pas un rendez-vous comme celui-là". "On va se revoir demain, pour revoir la contre-proposition que nous avons à faire, mais en l'état, compte tenu d'une technicité particulière, nous ne pouvons pas aujourd'hui dire à la population que ce document est une bonne réponse ou pas", a-t-elle ajouté, soulignant que "à une virgule près, on peut louper ou pas un rendez-vous comme celui-là". Elle a cependant assuré que la réponse du gouvernement validait la demande du collectif qu'il n'y ait pas de sanctions judiciaires contre les participants au mouvement.

Michael Mancée quitte le collectif. Juste avant, le porte-parole charismatique du mouvement, Michael Mancée, a annoncé qu'il quittait le collectif, expliquant que "l'évolution de la mobilisation et des événements" n'étaient "pas en adéquation avec [sa] vision des choses". Michael Mancée s'était abstenu lundi soir, lors d'une assemblée générale du collectif, sur le choix de reprendre et d'intensifier les barrages routiers (0 contre, 5 abstentions, a indiqué Valérie Vanoukia). Une décision qui a renforcé les tensions au sein de la population.

Le "combat" ne s'arrête pas là. "Ce soir j'ai préféré expliquer aux autres membres du collectif 'Pou la Gwiyann dékolé' que je préfère me retirer pour leur laisser le soin de mener à bien la mission qu'ils ont choisie de mener", a-t-il ajouté. "Ça ne veut pas dire que le combat s'arrête, bien sûr que non. C'est un engagement que j'ai pris et auquel je me tiendrai. (...) On ne peut pas rattraper 50 ans de retard en deux jours ou en deux semaines, c'est pas possible, il faut préparer un tel combat", a-t-il ajouté.

Cet ancien policier, qui s'était mis en retrait de son métier pour créer le collectif des "500 frères contre la délinquance", un mouvement dont la particularité est de circuler cagoulé, a également laissé les rennes de ce collectif très présent dans la mobilisation.