Que sait-on de la spectaculaire explosion dans une usine d'ArcelorMittal à Grande-Synthe ?

  • A
  • A
Que sait-on de la spectaculaire explosion dans une usine d'ArcelorMittal à Grande-Synthe ?
Un épais nuage de fumée s'est dégagé d'un haut-fourneau de l'usine ArcelorMittal de Grande-Synthe, mercredi.@ DR
Partagez sur :

Une importante explosion est survenue mercredi matin, dans l'usine ArcelorMittal de Grande-Synthe, dans le Nord.

Une forte explosion s'est produite mercredi matin sur le site d'ArcelorMittal à Grande-Synthe, dans le Nord, près de Dunkerque, en raison d'un incendie dans une cheminée qui n'a pas fait de victime.

Une grosse détonation vers 9h45. La détonation, qui se serait produite peu avant 10 heures, a été entendue à plusieurs kilomètres du site et un important panache de fumée noire s'est dégagé. "Il y a le feu dans une cheminée mais il n'y a pas de mort ni de blessé", a affirmé une source proche des secours.

132 personnes évacuées. L'incident s'est produit au niveau du haut-fourneau nº4 (HF4) et les 132 personnes qui travaillaient sur cette installation ont dû être évacuées. Légèrement commotionnées, trois d'entre elles ont été prises en charge par les secours, a-t-il détaillé.

Une poche de gaz. "L'incident a été causé par une poche de gaz qui s'était accumulée dans le haut-fourneau et qui s'est enflammée au contact de l'air". Cet incident, "s'il est heureusement rare, n'est pas exceptionnel et est connu des équipes", a expliqué la direction générale, basée en région parisienne et qui a précisé que les dégâts matériels sont "limités". Cela s'était déjà produit une fois à Grande-Synthe, selon le directeur du site Philippe Valette.

Lorsqu'une poche de gaz se forme ainsi, mettant en péril l'installation, un dispositif de sécurité se met en route, analogue à celui de soupapes ou de vannes libérant le gaz accumulé dans le haut-fourneau, a-t-il expliqué.

L'inflammation de cette poche de gaz a provoqué une explosion mais l'incendie qui s'en est suivi a été rapidement maîtrisé par les sapeurs-pompiers, très vite arrivés sur place.

Déjà un incident la semaine dernière. Le haut fourneau N°4 venait d'être remis en service, après un arrêt de 35 jours, a rapporté Philippe Valette. Un investissement de 20 millions d'euros vient d'être effectué. Un autre incident s'y était produit la semaine dernière, a confirmé le directeur du site, après que la CGT eut signalé que "pour des raisons encore inconnues, de la matière en fusion avait été projetée par des tuyères situées à plusieurs mètres au dessus du trou de coulée". Cet incident "aurait fait de nombreuses victimes" s'il s'était produit pendant la journée, estimait le syndicat. Une réunion exceptionnelle du CHSCT devait se tenir "prochainement" pour cette raison, selon la CGT.

Selon Philippe Valette, cet incident "n'a rien à voir" avec l'accident survenu mercredi.

Leader des aciers. Le site de Dunkerque-Grande-Synthe compte 3.200 salariés et 250 intérimaires selon la direction. Leader des aciers spéciaux pour l'automobile et l'industrie pétrolière, ArcelorMittal compte trois grosses usines en France : Dunkerque (Nord), Hagondange (Moselle) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).