Grippe : un vaccin pour éviter les complications

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que la grippe se propage partout en France, Gérald Kierzek rappelle que les personnes sensibles doivent se faire vacciner pour éviter les complications.

Si vous êtes au fond de votre lit avec une fièvre carabinée et des courbatures, vous êtes au courant : l'épidémie de grippe bat son plein. "La souche du virus n'est pas plus virulente que les autres années mais elle se diffuse très rapidement, d'où cette épidémie qui a un peu flambé ces derniers jours", explique le docteur Gérald Kierzek sur Europe 1.

Toute la France est touchée par la grippe. Le seuil épidémique est en effet dépassé depuis la mi-décembre et la grippe touche désormais les 13 régions de France métropolitaine. Le réseau Sentinelles, qui dépend de l'Inserm, estime qu'entre le 12 et le 25 décembre, 327.000 personnes ont consulté un médecin après avoir constaté chez elles l'apparition des premiers symptômes de la grippe.

"La grippe, ça vous couche pendant une semaine". Les symptômes ? "Une fièvre très élevée, une fatigue et des douleurs généralisées. Ça va vous clouer au lit. Quand on dit que ça vous couche pendant une semaine, c'est vraiment ça", rappelle le Dr Kierzek.

À l'extrême, ces symptômes peuvent être mortels. "Par le virus même et il peut y avoir une surinfection bactérienne, comme une méningite par exemple", prévient Gérald Kierzek, rappelant toutefois qu'il fallait rester prudent concernant le cas de l'adolescente décédée au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre, en Ardèche. "Il faut attendre les résultats de l'enquête." L'an passé, les services de santé ont recensé 1.109 cas graves au cours de l'épidémie.

"La prévention passe par le vaccin". Pour éviter toute complication, Gérald Kierzek encourage les malades à se mettre en rapport avec un médecin. "Si vous avez une fièvre qui dure ou un teint qui est un peu modifié, il faut vraiment appeler les secours, ou ne pas hésiter à appeler le 15 ne serait-ce que pour avoir un conseil médical. Et il faut vacciner, la prévention passe par le vaccin", rappelle-t-il.

Parmi les personnes les plus concernées par un potentiel vaccin : "les plus de 65 ans, les femmes enceintes, les personnes qui ont d'autres pathologies" énumère-t-il, évoquant également les parents d'un nourrisson. "La campagne de vaccination est jusqu'au 31 janvier", rappelle le docteur Kierzek. Celle-ci a débuté le 6 octobre. L'an passé, 48% des personnes appelées à le faire s'étaient fait vacciner.