Grippe aviaire : les professionnels de la filière canard appellent à la "vigilance"

  • A
  • A
Grippe aviaire : les professionnels de la filière canard appellent à la "vigilance"
Toute la filière de production de canards gras doit rester vigilante@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Les éleveurs doivent redoubler de vigilance pour éviter toute contamination, "car s'il y a un maillon faible, c'est toute la chaîne qui casse".

Les professionnels du canard gras ont appelé vendredi tous les acteurs de la filière à une "vigilance accrue" après la découverte d'un foyer de grippe aviaire H5N8 dans le Sud-Ouest, déplorant un nouveau retard dans la reprise des exportations hors d'Europe.

Un système de détection efficace. Le président du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), Christophe Barrailh, se "félicite de l'efficacité du dispositif mis en place par les pouvoirs publics qui a permis une détection immédiate" des tous premiers cas de H5N8. "Mais nous devons rester très vigilants, et au plus près des élevages, car notre objectif maintenant est d'éteindre les premières braises pour éviter la propagation de l'incendie", a-t-il déclaré.

Des exportations repoussées. Le président du Cifog a toutefois regretté que les nouveaux foyers découverts dans le Pas-de-Calais et le Tarn "repoussent, du coup, encore de trois mois le calendrier de reconquête du statut de pays 'indemne' (d'influenza aviaire)", délivré par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et qui aurait dû intervenir le 3 décembre. Or, ce statut, perdu par la France il y a un an après un précédent épisode de grippe aviaire sans lien avec ces nouveaux cas, est indispensable pour pouvoir exporter volailles et foie gras dans de nombreux pays hors d'Europe, comme le Japon.

Toute la chaîne de production doit être attentive. À titre indicatif, a précisé Christophe Barrailh, les exportations vers le Japon, premier client de la filière française du "canard gras" hors Union européenne (UE), ont généré en 2015 quelque "17 millions d'euros. Et en 2015, nous avions un solde positif de 60 millions d'euros qui devrait être réduit à zéro en 2016", a-t-il ajouté.

"Il faut à tout prix que les éleveurs redoublent de vigilance" pour éviter toute contamination, "car s'il y a un maillon faible, c'est toute la chaîne qui casse", a renchéri Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d'Agriculture de la Nouvelle Aquitaine et de l'entreprise agro-alimentaire Delpeyrat, l'un des principaux producteurs de foie gras français.

La souche du virus n'est pas transmissible à l'homme. Regrettant, lui aussi, "le report de la réouverture des frontières aux exportations", il a souligné une nouvelle fois que le virus de souche H5N8 n'est "pas transmissible à l'homme". "Ça reste un problème de santé animale et les produits sont sains", a-t-il insisté.