Grippe A : les pharmacies braquées pour du Tamiflu ?

  • A
  • A
Grippe A : les pharmacies braquées pour du Tamiflu ?
Partagez sur :

Dans le Vaucluse et le Gard, la police mène une campagne de sensibilisation auprès des pharmaciens.

Les pharmacies doivent-elles redouter de se faire braquer à cause de la grippe A ? En cas d’épidémie, le Tamiflu, médicament anti-grippe A, pourrait devenir une denrée précieuse et attiser la convoitise des braqueurs et des trafiquants. Les pharmacies seraient alors des cibles de choix.

C’est pourquoi dans le Vaucluse et dans le Gard, la police a entamé une campagne de sensibilisation auprès des pharmaciens, comme le rapporte Le Dauphiné Libéré jeudi. "Ils sont venus me dire qu'ils craignaient des braquages de Tamiflu et m'ont conseillé de composer le 17 au moindre comportement suspect", confiait un médecin du Gard.

Les autorités ne cachent pas une certaine inquiétude, à l’origine de cette campagne de prévention : "Ce sont effectivement un ensemble de consignes que nous rappelons aux pharmaciens afin qu'ils soient plus vigilants dans le cadre d'une éventuelle épidémie de grippe A. Après chacun gère la situation comme il le veut", confirme le capitaine Josiane Pérasse, de la direction départementale de la sécurité publique du Vaucluse.

Pour autant, pas question de susciter la panique : "C'est une sensibilisation comme nous en faisons régulièrement dans le cadre du plan anti hold-up dont font partie les pharmacies, relativise Josiane Pérasse. Un rappel des classiques."

Le syndicat des pharmaciens du Vaucluse apprécie cette démarche : "Il semble normal que la police envisage une protection des pharmacies en cas de crises épidémiques de la grippe A. Mais nous ne sommes pas dans une situation qui mérite cet investissement", déclarait mercredi la présidente du syndicat Celle-ci rappelle un détail, qui devrait suffire à éloigner d'éventuels braqueurs : "Les pharmacies n'ont pas de stock, elles travaillent à flux tendu en utilisant le circuit classique de réapprovisionnement à savoir nos grossistes. Les grosses réserves c'est l'État, dans des lieux tenus secrets."