Grippe A : les généralistes veulent reprendre la main

  • A
  • A
Grippe A : les généralistes veulent reprendre la main
Partagez sur :

Les associations de médecins généralistes estiment qu’ils sont les mieux placés pour vacciner le grand public.

Comment relancer la campagne de vaccination contre la grippe A qui a démarré jeudi dernier dans un climat de méfiance généralisée ? Plusieurs syndicats de médecins généralistes ont fait savoir qu’ils étaient prêts, dans leur cabinet, à devenir les acteurs principaux de cette campagne, en lieu et place des professionnels de santé réquisitionnés dans des gymnases. Une réunion est prévue mercredi au ministère de la Santé pour aborder cette question.

"Il faut inverser la vapeur : les patients ont beaucoup plus confiance en leur médecin que dans un centre de vaccination anonyme", a argumenté lundi sur Europe 1, Michel Chassang, le président de la Confédération des syndicats médicaux français.

Le gouvernement a rappelé de son côté les raisons pratiques qui l’ont conduit à organiser ainsi, de façon collective, la vaccination. La France a commandé des vaccins dits "multidoses", c’est-à-dire conditionnés par paquet de 10. Ils doivent être conservés dans des réfrigérateurs spéciaux et utilisés dans les 24 heures après leur ouverture.

Autre limite à une vaccination par les médecins généralistes : ces professionnels doivent rester disponibles pour soigner les patients qui auraient déjà contracté la grippe A ou toute autre pathologie.

"Evidemment, on finira pas basculer vers la vaccination dans les cabinets. C’est une affaire de jours", a pourtant assuré Martial Olivier- Koehret, le président de MG France, l'un des principaux syndicats de médecins généralistes. L'arrivée du vaccin sans adjuvant de Sanofi-Pasteur, qui lui se présente en doses individuelles, pourrait lever un obstacle important.

> Les femmes enceintes vaccinées à partir de vendredi