Grippe A : les femmes enceintes doivent être traitées sans attendre

  • A
  • A
Grippe A : les femmes enceintes doivent être traitées sans attendre
Partagez sur :

Celles qui présentent des symptômes grippaux doivent recevoir "immédiatement" un traitement. Pour les autres, l'OMS préconise la vaccination.

"Un certain nombre d'études" menées aux Etats-Unis et dans d'autres pays touchés "indiquent que les femmes enceintes (...) encourent plus de risques d'infection par le A(H1N1) ", a rappelé vendredi une porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour cette raison, les femmes enceintes sont une des cibles prioritaires de la lutte anti-grippe A.

Première mesure : l’OMS recommande d'administrer aux femmes enceintes qui présentent des symptômes grippaux, même si la grippe A n'est pas attestée, du Tamiflu. Et ce donc "sans attendre les résultats des analyses de laboratoires".

Utilisé en l'attente de la disponibilité de vaccins, attendu pour septembre-octobre, le traitement par médicaments antiviraux est plus efficace s'il est administré dans les 48 heures après les premiers symptômes, a rappelé la porte-parole de l'OMS.

Seconde mesure : la vaccination. Les femmes enceintes devront être inscrites dans les groupes à risque qui doivent être immunisées en priorité contre le virus A(H1N1), a indiqué l'OMS.

Mais certains pays restent réticents à prescrire des antiviraux aux femmes enceintes. L'agence helvétique de régulation des médicaments Swissmedic a ainsi jugé cette semaine que l'administration de ces médicaments comporte des contre-indications pour les femmes enceintes ou allaitantes et "le médecin doit peser le pour et le contre avant de prescrire le traitement".