Grippe A : la vaccination pourrait commencer fin octobre

  • A
  • A
Grippe A : la vaccination pourrait commencer fin octobre
Partagez sur :

Les premières livraisons massives de vaccins sont imminentes, a assuré la ministre de la Santé dimanche.

La campagne de vaccination contre la grippe A devrait intervenir avant la fin du mois en France a assuré Roselyne Bachelot dimanche. "Il est très important que nos compatriotes se fassent vacciner" car il s'agit d'une grippe "très contaminante" et pouvant avoir des "formes fulminantes" et toucher y compris des sujets jeunes et sains, a souligné la ministre de la Santé.

Un ordre de priorité défini par le Haut conseil de la santé publique sera toutefois respecté en commençant par les professionnels de santé et les personnes les plus fragiles. A terme, le gouvernement compte proposer la vaccination à toute la population. Des médecins et personnels soignants ayant exprimé des réticences, Roselyne Bachelot a répété que le vaccin était "la meilleure des protections" et que ces derniers avaient une "responsabilité morale" face à l'épidémie.

Interrogée sur les risques de mortalité de la grippe A, la ministre a indiqué que les virologues évoquaient un chiffre "à peu près comparable à la grippe saisonnière", soit 2.000 à 6.000 personnes. Mais dans le cas de la grippe A, les victimes seraient surtout des patients jeunes. "C'est un des sujets qui nous incitent à proposer la vaccination à l'ensemble de la population", a expliqué la ministre.

La France a commandé 94 millions de doses du vaccin, qui doit être a priori injecté en deux temps. "Peut-être qu'une seule injection suffira, ça nous permettra d'aller plus vite", a estimé Roselyne Bachelot. Selon le dernier point de l'Institut national de veille sanitaire (InVS), le recours aux soins pour la grippe saisonnière et la grippe A (H1N1) tend à se stabiliser en France, même s'il reste au-dessus du seuil épidémique. 147.000 nouveaux cas ont été enregistrés pour la semaine du 21 au 27 septembre, contre 165.000 la semaine précédente. L'InVS ne distingue pas les consultations pour les cas de grippe saisonnière et celles pour la grippe A mais les autorités sanitaires estiment que le virus de la grippe A est "majoritaire".