Grippe A : Bruxelles autorise les deux premiers vaccins

  • A
  • A
Grippe A : Bruxelles autorise les deux premiers vaccins
Partagez sur :

La Commission européenne a donné son feu vert à la vente des vaccins des laboratoires suisse Novartis et britannique GlaxoSmithKline.

Le 1er octobre au plus tard, deux vaccins contre la grippe A-H1N1 devraient être disponibles en pharmacie. La Commission européenne a en effet annoncé mardi avoir donné l’autorisation de mise sur le marché du Focetria du laboratoire suisse Novartis et du Pandemrix du britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Les vaccins seront autorisés dans tous les pays de l'UE, ainsi qu'en Islande, au Liechtenstein et en Norvège. L'autorisation prendra effet "le 1er octobre au plus tard" dans ces pays, précise la Commission dans un communiqué. "Cela devrait permettre que suffisamment de vaccins soient disponibles avant le début de la saison de la grippe et cela réduira les risques de maladies et de décès pour les citoyens européens", poursuit l’institution européenne.

Les experts ont recommandé la semaine dernière que les vaccins approuvés soient administrés en deux doses, avec un intervalle de trois semaines entre chaque injection. Ils ont approuvé leur utilisation pour les adultes (y compris les femmes enceintes) et les enfants de plus de six mois. Mais ils ont reconnu que des données initiales "suggèrent qu'une vaccination en une seule dose pourrait suffire chez les adultes", ce qui permettrait de vacciner deux fois plus de monde avec le même nombre de doses.

Les experts de l’Union européenne ont également identifié les trois groupes à vacciner en priorité : les personnes de plus de 6 mois ayant des pathologies chroniques, les femmes enceintes et le personnel médical. Mais il revient à chaque pays de décider au final qui aura la priorité. La France a commandé 50 millions de doses à GSK et 24 millions (dont un tiers en option) à Novartis, plus 56 millions (la moitié ferme et la moitié en option) au groupe français Sanofi-Aventis.

> La vaccination commencera mi-octobre

> DOSSIER : la France en alerte face à la grippe A