Grève d'Air France à Papeete : près de 500 passagers touchés

  • A
  • A
Grève d'Air France à Papeete : près de 500 passagers touchés
Cette grève a touché 235 passagers vendredi et 263 dimanche.@ FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

Les principales revendications portent sur des questions de rémunérations et de congés. Malgré des négociations, la grève se poursuit.

Une grève du personnel navigant d'Air France basé à Papeete a contraint deux vols d'Air France sur la ligne Papeete-Los Angeles, vendredi et dimanche, à repartir sans passagers, a annoncé la direction régionale de la compagnie.

Des passagers surtout français et américains. Cette grève a touché 235 passagers vendredi et 263 dimanche. Quelques-uns ont déjà pu prendre un autre vol, mais 296 d'entre eux partiront dans la nuit de dimanche à lundi depuis Papeete (lundi à la mi-journée à Paris), par un vol Air France opéré par la compagnie concurrente Air Tahiti Nui. En dehors des Polynésiens, ces passagers sont surtout des touristes américains ou français qui devaient poursuivre leur vol vers Paris. Ils sont relogés par Air France dans des hôtels de Tahiti.

Pas assez de personnel navigant. Vendredi comme dimanche, les passagers se sont d'abord enregistrés avant d'apprendre que le vol repartirait à vide. La loi Diard, qui impose aux employés des compagnies d'annoncer 48 heures à l'avance s'ils sont grévistes, ne s'applique pas en Polynésie française. Or, seuls trois PNC (personnel navigant commercial) se sont présentés dimanche, alors qu'il en faut un minimum de quatre pour que l'avion décolle avec des passagers. Cent treize employés travaillent pour Air France en Polynésie, dont 87 hôtesses et stewards.

Rémunérations et congés. La direction régionale n'a pas souhaité communiquer sur les coûts de cette grève. Ils avaient été estimés à 80.000 euros par vol annulé et par jour, lors de grèves précédentes. Les principales revendications du syndicat USAF-UNSA, portent sur des questions de rémunérations et de congés, selon la direction régionale. Malgré des négociations, la grève se poursuit. Ce conflit social intervient trois semaines après l'annonce de la création d'une ligne concurrente à Air France et Air Tahiti Nui entre Paris et Papeete (Paris/Los Angeles/Papeete) par la compagnie low cost French Blue (Paris/San Francisco/Papeete). Les premiers vols sont prévus en mai. 

"Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir être plus attentifs aux coûts, ce n'est pas au moment de l'arrivée d'un concurrent qu'on va les augmenter", a déclaré le directeur régional d'Air France en Polynésie, Alex Hervet, qui assure cependant que la ligne est "en bonne santé économique depuis cinq ans".