Grève Air France : peu de perturbations à Roissy, le mouvement plus suivi dimanche

  • A
  • A
Grève Air France : peu de perturbations à Roissy, le mouvement plus suivi dimanche
Partagez sur :

Le mouvement devrait s'amplifier dimanche et provoquer davantage d'annulations de vols, prévient la compagnie aérienne.

La grève des hôtesses et stewards d'Air France entraînait peu de perturbations samedi à l'aéroport de Roissy, mais le mouvement devrait s'amplifier dimanche et provoquer davantage d'annulations de vols, a annoncé la compagnie, alors que l'aéroport d'Orly était, lui, en partie fermé après une attaque.

98% de vols devraient être maintenus. "Les opérations à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle se déroulent conformément à nos prévisions", a écrit la direction dans un communiqué. Elle prévoyait de maintenir 98% de vols (100% des long-courriers, 98% des moyen-courriers et liaisons domestiques) malgré une mobilisation de 29% des personnels de cabine. A l'aéroport d'Orly, le trafic est très fortement perturbé, mais sans lien avec la grève, après une attaque contre des militaires de l'opération Sentinelle.

Possibilité "d'annulations et des retards de dernière minute". Pour dimanche, "Air France prévoit d'assurer plus de 90% de ses vols", la mobilisation grimpant à "38% de grévistes". Dans le détail, la compagnie prévoit d'assurer dimanche 100% des vols long-courriers, 90% des vols moyen-courriers et 85% des vols domestiques. La compagnie n'exclut toutefois pas "des annulations et des retards de dernière minute" et prévient que "des difficultés dans la composition des équipages" pourraient la conduire à limiter le nombre de passagers par vol.

Une mobilisation du personnel contre un accord collectif. Le taux de grévistes attendu est comparable à celui du précédent mouvement, l'été dernier, qui avait été suivi par plus d'un tiers des personnels et avait entraîné, pendant une semaine, jusqu'à 20% de vols annulés par jour.

Le personnel est appelé à la mobilisation contre le projet d'accord collectif sur leurs conditions de travail, de rémunération et d'avancement et contre le projet "Boost" de nouvelle compagnie, filiale d'Air France, que la direction du groupe aérien espère concrétiser prochainement.