Grand Paris : la SNCF propose l’option TGV

  • A
  • A
Grand Paris : la SNCF propose l’option TGV
Partagez sur :

La SNCF aimerait voir quelques lignes à grande vitesse supplémentaires construites autour de Paris.

La Défense-Roissy en 20 minutes, à bord d’un TGV roulant à une vitesse de l’ordre de 100 à 120 km/h : dans le débat public sur le futur réseau de transports du Grand Paris, la SNCF aimerait que le TGV se taille une place de choix.

Concrètement, il s'agirait de créer un tronçon entre Versailles et Le Bourget, passant par La Défense et la future gare de Pleyel au nord de Paris, sur lequel pourraient circuler des TGV et le reste du temps des navettes automatiques urbaines rapides. Les futurs TGV venant du Havre pourraient rejoindre Roissy en 1h35 et les places financières de La Défense et de La City, à Londres, ne seraient plus éloignées que de deux heures.

L’option du métro, imaginée par le secrétaire d'Etat Christian Blanc, ferait le reste de la "double boucle" prévue autour de Paris qui doit relier notamment les futurs pôles économiques.

Côté gros sous, le projet ferroviaire entraînerait un surcoût (30% plus cher), mais limité à 300 millions d'euros pour la partie La Défense-Le Bourget, selon les projections de la SNCF, qui doit peaufiner d’ici à l'automne la faisabilité technique de son projet.

Cette hypothèse repose sur une hypothèse de départ : voir l’option d’un vaste métro périphérique, soutenue par le secrétaire d'Etat Christian Blanc, retenue. Celui-ci ferait alors le reste de la "double boucle" prévue autour de Paris qui doit relier notamment les futurs pôles économiques.