Grand ouest : levée des arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant

  • A
  • A
Grand ouest : levée des arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant
19 préfectures sur 20 dans l'Ouest avaient pris des mesures restrictives limitant la quantité totale autorisée par client.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Les automobilistes des régions Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et Centre vont de nouveau pouvoir s'approvisionner en carburant. En emporter dans des jerrycanes ou des bidons reste interdit.

L'ensemble des préfets du grand ouest vont lever leurs arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant "compte tenu des efforts très importants réalisés pour approvisionner le réseau des stations-service avec des quantités livrées dépassant les pics habituels", a annoncé mercredi la préfecture de la zone de défense et de sécurité ouest.

Jerrycanes et bidons toujours interdits. Au total, 19 préfectures sur 20 dans l'Ouest (régions Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et Centre) avaient pris depuis le 20 mai des mesures restrictives limitant la quantité totale autorisée par client, assorties d'interdictions d'emporter du carburant dans des récipients (jerrycanes, bidons) qui sont, elles, maintenues.

Selon la préfecture de défense de la zone ouest "la plupart des raffineries ou des dépôts" (du grand ouest), et notamment dans les régions Bretagne et Normandie, "fonctionnent et sont libres d'accès". A 18h, les quantités livrées depuis ces dépôts s'élevaient à 48,2 millions de litres de carburant, indique la préfecture dans un communiqué, assurant que "la libre circulation des camions citernes continuera d'être garantie demain (jeudi) et les jours suivants".

Toujours des difficultés dans certaines stations services. Pourtant, ajoute-t-elle, "un certain nombre de stations services rencontrent toujours des difficultés". Elle incrimine "le comportement des consommateurs qui complètent systématiquement les réservoirs de leurs véhicules" et "entraînent de fait un assèchement rapide des quantités stockées" et les appelle à "cesser tout approvisionnement de précaution qui crée artificiellement des ruptures".