Grâce de Jacqueline Sauvage : Peillon "aurait aimé que ce soit fait plus tôt"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat à la primaire de la gauche salue toutefois "le courage" du chef de l’Etat.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Réactions quasi unanimes dans la classe politique. A gauche comme à droite, jusqu'au Front national, la libération de Jacqueline Sauvage est accueillie comme une bonne décision, "humaine". Vincent Peillon, le candidat à la primaire de la gauche qui était en déplacement à Tours mercredi, estime même au micro d'Europe 1 que François Hollande aurait pu accorder cette grâce plus tôt.

"C’est courageux de la part du président de la République". "Il fallait le faire. J’aurai aimé que ce soit fait plus tôt. On connait la situation extrêmement douloureuse des femmes battues, on connait les circonstances et les conditions dans lesquelles elle a commis l’acte que nous connaissons... En tout cas, c’est une très bonne nouvelle et je la salue ! C’est courageux de la part du président de la République."