Gestes de premiers secours : quelques minutes pour apprendre les réflexes de base

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La Croix-Rouge et la Protection civile profitent de l'été pour encourager les Français à se former aux gestes qui sauvent, alors que seuls 27% les connaissent.

Il suffit de quelques dizaines de minutes pour maîtriser les bases du secourisme, et la Croix-Rouge comme la Protection civile profitent de la pause estivale pour encourager les Français à se former aux gestes qui sauvent.

Expliquer les gestes de bases. A Paris, sur les quais de Seine, des formateurs de la Croix-Rouge dispensent une formation rapide aux volontaires, à l’occasion de Paris-Plage. Il s’agit notamment d’apprendre le b.a.-ba du massage cardiaque sur des mannequins en plastique. Et s’il est impossible en une heure d’avoir une formation complète, "le but est que les personnes sachent réagir face à un arrêt cardiaque", explique à Europe 1 Philippine, formatrice à la Croix-Rouge. Annie, une des volontaires, reconnaît la nécessité de connaître de tels gestes : "Dans la panique, si Monsieur fait un arrêt cardiaque, je n’aurais pas le choix."

Des formations toute l'année en France. François Richez, vice-président en charge des formations à la Protection civile, rappelle sur Europe 1 que ces formations ne se font pas seulement l’été. "Tout au long de l’année, nous organisons ces formations. Chacun peut trouver une formation partout en France, tous les jours, même le week-end. Tout le monde peut participer." Il assure qu’en quelques dizaines de minutes, on peut maîtriser des gestes et des réflexes simples de secourisme. "Ça permet d’apprendre l’essentiel, tel que la réalisation d’un massage cardiaque et l’utilisation d’un défibrillateur automatique. Ça permet aussi de traiter une hémorragie externe et surtout d'alerter les secours", détaille-t-il.

Quelques réflexes de secourisme. François Richez dispense sur Europe 1 quelques réflexes de bases à avoir lorsqu’on porte assistance à quelqu’un qui a fait un malaise. La première chose étant de vérifier si la personne est consciente. "En priorité, on la questionne, on voit si elle répond et si elle respire. Si elle ne respire pas, il faudra entamer un massage cardiaque. Si elle respire, si elle a un pouls, il faut la mettre en position latérale de sécurité", explique-t-il, encourageant les Français à se former en détails à ces gestes. Et François Richez de rappeler que la priorité consiste à alerte les secours (le 15 pour le SAMU, le 18 pour les pompiers, et le 112 au niveau européen). "Même si on n’a pas suivi de formation initiale, vous allez être guidé par les opérateurs, qui vous poseront les bonnes questions." En outre, il existe deux applications, Sauv Life et Staying Alive, qui permettent de géolocaliser des personnes formées au massage cardiaque et qui pourront intervenir en attendant les secours. 

Près de 3 Français sur 10 formés. Aujourd’hui, 27% des Français sont formés aux gestes de premiers secours, contre 10% il y a dix ans. Et cette progression est amenée à s’amplifier dans les années à venir, alors qu’Emmanuel Macron a dit sa volonté de former jusqu’à 80% de la population. "L’objectif est certes ambitieux mais il est réalisable. L’idée du président est de former en deux temps : à la fois toute une classe d’âge, avec les 800.000 élèves qui passent chaque année dans les écoles, collèges et lycées ; et ceux qui sont sortis du système scolaire via le milieu professionnel et associatif", se réjouit François Richez.