Geneviève de Fontenay condamnée pour son "salope"

  • A
  • A
Geneviève de Fontenay condamnée pour son "salope"
Partagez sur :

La présidente du Comité Miss France a été condamnée mardi à 500 € d'amende pour avoir qualifié une ancienne miss de "salope".

500 euros d’amende et un euro de dommage et intérêts. C’est ce que devra verser Geneviève de Fontenay à une ancienne miss qu’elle avait traitée de "salope" dans une interview accordée à Télé Câble Sat Hebdo en mars 2009, a jugé mardi le tribunal de Nanterre.

Elue Miss France en 1961 puis destituée de son titre, Luce Auger avait poursuivi la présidente du Comité Miss France pour "injure publique", après cet entretien. Lors de l'audience le 1er septembre dernier, la présidente du Comité Miss France avait assumé son propos.

Selon l’accusée, Luce Auger avait auparavant affirmé qu'au début des années 60, elle et son mari, aujourd'hui défunt, obligeaient certaines candidates à poser seins nus en privé. "J'étais tellement révoltée, scandalisée par ces allégations mensongères (...) Je ne trouvais pas d'autre mot", avait expliqué la prévenue, âgée de 77 ans, devant le tribunal.

Le parquet avait requis une amende avec sursis, tandis que l'avocat de Geneviève de Fontenay Me Jérôme Pauvert, avait plaidé la relaxe, en invoquant les "provocations" dont avait été victime sa cliente. Luce Auger réclamait pour sa part 50.000 euros de dommages et intérêts.