GENDXXI, quand les gendarmes redonnent la voix à la "grande muette"

  • A
  • A
GENDXXI, quand les gendarmes redonnent la voix à la "grande muette"
@ AFP
Partagez sur :

Une association de gendarmes vient de naître. Un première historique dans l'armée, permettant de passer outre le devoir de réserve, en toute légalité.

Et si la "grande muette" retrouvait enfin la voix ? Pour la première fois en France, une association de gendarmes vient d'être créée, l'association GENDXXI (Gende 21).  Quelle est la nouveauté ?  Les membres de son conseil d'administration sont tous des gendarmes en exercice. Ils pourront désormais prendre la parole, sans le risque d'être sanctionné pour violation de leur devoir de réserve.

>> LIRE AUSSI - La France n'a pas le droit d'interdire aux militaires de se syndiquer

La CEDH a ouvert la voie. Jusqu'à présent, le fait qu'un militaire prenne la parole pour critiquer l'action de l'armée ou simplement parler de ses conditions de travail constituait une violation de son devoir de réserve. Le soldat ou le gendarme incriminé s'exposait ainsi à des sanctions pouvant aller jusqu'à une exclusion. Mais ça, c'était avant. La France a récemment été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme (la CEDH) pour cette sévérité matérialisée par l'interdiction formelle de syndicats au sein de l'armée. La règle s'est donc depuis assouplie : les associations de militaires sont désormais autorisées. GENDXXI, créée par des gendarmes, est la première du genre.

>> LIRE AUSSI - Bientôt des syndicats dans l'armée ?

"Pas de grève, ni piquet, ni banderole". A la tête de l'association se trouve le lieutenant-colonel Matelly. Pas question, dit-il de copier les modes d'action des syndicats policiers, incompatibles selon lui avec les prérogatives de l'armée. Mais les militaires ont ainsi enfin la parole. "Nous écartons d'office tout ce qui est mode d'action collective de type droit de grève, droit de retrait, piquet devant une caserne, banderoles revendicatives et autres", prévient-il d'emblée. "Nous estimons que déjà, le verbe, qui va trancher par rapport à des siècles de 'grande muette', suffira à faire entendre la voix des militaires en France", assure-t-il.

Louvois, déjà dans le viseur. Désormais les gendarmes de l'association GENDXXI comptent bien parler à haute et intelligible voix. Y compris, sur des sujets qui concernent l'ensemble des militaires : dans leur viseur, Louvois, le logiciel de paiement des soldats de l'armée de terre qui entraîne de nombreux retards, très pénibles pour les familles de militaires.