Garde nationale : comment l'exécutif veut attirer les réservistes

  • A
  • A
Garde nationale : comment l'exécutif veut attirer les réservistes
@ PATRICK VALASSERIS / AFP
Partagez sur :

Financement du permis de conduire, prime, crédit d'impôts… L'exécutif veut grossir les rangs de la Garde nationale. 

Dans sa lutte pour la sécurité des Français, l'exécutif mobilise la société civile. Le projet de création de la future Garde nationale, annoncé cet été par François Hollande, est présenté mercredi en Conseil des ministres. L'Élysée prévoit de déployer 9.250 réservistes chaque jour à l'horizon 2018, sur un total de 85.000 inscrits espérés pour la même date. "Après ce qui s'est produit cet été à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, on avait observé un vrai désir d'engagement de la société française pour défendre le pays", a détaillé mardi une source ministérielle. Mais au cas où "l'engagement" ne suffirait pas, l'exécutif a prévu plusieurs mesures pour inciter les Français à se mobiliser.

La Garde nationale, qu'est-ce que c'est ? Aujourd'hui, les réserves opérationnelles de la police, de la gendarmerie et des armées représentent déjà un vivier de 63.000 personnes, dont 5.500 sont employées chaque jour depuis l'attentat de Nice. Les volontaires doivent être âgés d'au moins 17 ans et s'engager pour une durée de 1 à 5 ans renouvelables. Concrètement, ils peuvent participer à des patrouilles de surveillance, à des enquêtes, au secours de population sinistré (pour l'armée) ou encore donner une expertise aux différents corps de métier (voir ici pour la police, ici pour la gendarmerie et ici pour l'armée).

Ce qui va changer, c'est que les réservistes seront désormais coordonnés par un Secrétariat général, chargé de développer la Garde. Un portail Internet pour "informer, présenter et inciter à l’engagement" a été créé, accessible à partir de mercredi : www.garde-nationale.fr. Le budget sera revu à la hausse de 100 millions d'euros pour 2017, soit un total de 311 millions. Enfin, un badge doté d'un logo spécifique va être créé, afin de distinguer un réserviste d'un gendarme, un policier ou un soldat.  

Comment attirer les Français ? Ce que va aussi changer le projet, c'est la mise en place de certaines mesures pour attirer les citoyens. Pour inciter de nouveaux réservistes, l'Etat va par exemple financer le permis de conduire à hauteur de 1.000 euros pour tout jeune qui s'engage avant 25 ans et passe les épreuves de conduite pendant son contrat.

Une allocation mensuelle de 100 euros sera versée à chaque étudiant de moins de 25 ans qui s'inscrit à la Garde nationale pour une durée de 5 ans et atteint 37 jours d'engagement chaque année. L'Etat versera en outre une prime annuelle de fidélité de 250 euros pour tout réserviste renouvelant son contrat pour une durée de 3 à 5 ans.

L'Elysée promet aussi une valorisation des acquis enseignés pendant le temps d'engagement grâce à des passerelles vers les métiers de la sécurité privée.

Enfin, une réduction d'impôt sera accordée aux entreprises dont les salariés s'engagent parmi les réservistes, à hauteur de 60% des charges salariales de l'employé réserviste (pour connaître les obligations des employeurs en la matière, lire notre article ici) .

Avant même l'annonce de ces mesures, détaillées mardi soir, le nombre de sollicitations pour devenir réservistes auraient déjà été multiplié par quatre par rapport au dispositif existant, selon plusieurs sources ministérielles.