Garde à vue dans l'affaire d'espionnage de la région Auvergne-Rhône-Alpes

  • A
  • A
Garde à vue dans l'affaire d'espionnage de la région Auvergne-Rhône-Alpes
Laurent Wauquiez avait évoqué une "atteinte à la presse" et à "l'intégrité de la région"@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

Un ancien directeur informatique de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été entendu dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'espionnage au sein de la collectivité. 

Deux personnes ont été entendues cette semaine dans le cadre de l'affaire des soupçons d'espionnage de la région Auvergne-Rhône-Alpes, rapporte le quotidien local Le Progrès.

Le directeur du service informatique entendu. En 2015, en pleine campagne pour les élections départementales, des droits avaient été ouverts "de façon confidentielle", selon des documents consultés récemment par l'AFP. Des droits au bénéfice du directeur des services informatiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes et donnant accès à quasiment toutes les boites mail de la région (cabinet du président, vice-président, élus). La consigne de chercher le mot clé "dangele" aurait par ailleurs été donnée. "Dangele" correspondant à l'hebdomadaire satirique lyonnais Les Potins d'Angèle.

Vendredi, l'ancien directeur des services informatiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été entendu en garde à vue. Aujourd'hui en poste dans la région Occitanie, il a été interrogé sur ces consignes dans le cadre de l'enquête préliminaire du parquet de Lyon, précise Le Progrès. 

"Quelque chose de très grave" selon Wauquiez. Le journaliste Gérard Angel, directeur des Potins d'Angèle a lui aussi été entendu par la police, selon le quotidien local. Il a précisé aux enquêteurs qu'il ne connaissait pas le directeur informatique.

En février dernier, Laurent Wauquiez, l'actuel président de la région assurait : "On a affaire à quelque chose de très grave qui porte atteinte d'une part à la presse, et d'autre part à l'intégrité et à l'éthique à l'intérieur de la région".