Foncia rappelée à l'ordre pour des commentaires insultants

  • A
  • A
Foncia rappelée à l'ordre pour des commentaires insultants
L'avertissement de la CNIL a été confirmé par le Conseil d'Etat.@ MAXPPP
Partagez sur :

FICHAGE - Le groupe immobilier a reçu un avertissement de la CNIL suite à des milliers de commentaires insultants et inappropriés sur ses clients.

Mise en garde officielle. “Monsieur a la maladie de Parkinson et des problèmes pour parler”, “il sentait l’alcool lors de la visite” : la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIl) a adressé un avertissement à l’agence immobilière Foncia pour la présence dans ses fichiers “de milliers de commentaires excessifs” sur ses clients, indique Rue 89. Avertissement confirmé le 12 mars par le Conseil d’Etat, après que l'agence a tenté de faire annuler la décision. 

La CNIL en a profité pour rappeler que les commentaires dans les fichiers clients des entreprises “ne doivent contenir que des informations objectives”. Ce que n’a clairement pas respecté Foncia, en enregistrant sur ses fichiers des informations sur les opinions religieuses de ses clients ou futurs clients, tels que “famille de juifs très pratiquante“. 

Des références à la santé ou au passé des clients. Des fichiers qui contenaient également des informations sur l’état de santé des personnes “Recherche un T3(...) pour se rapprocher de leur fille (atteinte d'un cancer)”, ou des commentaires relatifs à des condamnations “enquête du SRPJ en cours”, “expulsion d'un logement”. 

La CNIL publie d'autres commentaires, insultants ceux-ci, comme “cas social”, “gros con”, “folle ! en dépression”; ou inappropriés, à l‘image de “ Son mari est décédé, son enfant un mois plus tard... Encore un peu sous le choc”, ”tante de mr dont il sera héritier au décès de celle ci (96 ans en maison de retraite)”. 

De son côté, Foncia assure dans un communiqué déplorer  "les termes utilisés par certains de ses collaborateurs", et affirme avoir "renforcé son dispositif de contrôle" pour éviter de nouvelles dérives. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

SCANDALE   -L'hôpital Robert-Debré fiche ses agents

JUSTICE - Un bailleur social jugé pour discrimination raciale