Fofana : les avocats de la défense ne désarment pas

  • A
  • A
Fofana : les avocats de la défense ne désarment pas
Partagez sur :

Ils ont dénoncé mardi un procès en appel "convoqué sur ordre politique" et tiré à boulets rouges sur l’avocat de la mère d’Ilan Halimi.

Leur colère ne retombe pas. Une vingtaine d’avocats qui ont représenté devant la cour d’assises des mineurs de Paris des membres du "Gang des barbares" se sont réunis mardi pour lire une déclaration commune adressée à Michèle Alliot-Marie. "Nous demandons au garde des Sceaux d'ordonner au parquet général de retirer son appel", a déclaré leur porte-parole. La requête, déjà exprimée vendredi dernier de manière moins solennelle, n’a que peu de chances d’aboutir. Mais elle témoigne d’un véritable malaise judiciaire autour de l’affaire Ilan Halimi du nom de ce jeune juif séquestré et assassiné en 2006.

"Cet appel touche à l'indépendance de la justice, au respect dû aux décisions rendues par les cours d'assises", a estimé Me Didier Seban. Sa consoeur Me Françoise Cotta est allée plus loin en considérant que la future cour d'assises d'appel serait "convoquée sur ordre politique". Les deux avocats craignent qu'on abandonne le huis clos de la première instance alors qu'il a été mis en place pour protéger les mineurs qui comparaissent dans ce dossier.

"Si chaque fois qu'un groupe de pression estime qu'il faut revenir sur une décision rendue par le peuple de France, ça veut dire que nous ne pouvons plus compter sur une justice pénale indépendante", a argumenté Me Cotta sur Europe 1 :



Après sa condamnation à la peine maximale, la perpétuité avec 22 ans de sûreté, Youssouf Fofana, le principal accusé, avait fait lui-même appel du verdict. Mais c’est à la demande de la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie que le parquet général a fait appel des condamnations de 18 des 26 autres accusés.

Autre personne dans la ligne de mire des avocats de la défense : Me Francis Szpiner, le conseil de la mère d’Ilan Halimi, accusé d’avoir politisé l’affaire. "Comment admettre qu'au moment où la cour se retirait pour délibérer, Me Francis Szpiner ait annoncé que, quel que soit le verdict, il obtiendrait du garde des Sceaux un appel ?", a dénoncé Me Didier Seban qui a rappelé que Me Szpiner avait été candidat pour l'UMP aux élections législatives de 2002.