Finistère : cinq agriculteurs en garde à vue après des dégradations

  • A
  • A
Finistère : cinq agriculteurs en garde à vue après des dégradations
Les agriculteurs manifestent depuis plusieurs semaines pour protester "contre la faiblesse des prix auxquels ils vendent leurs produits".@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

MOBILISATION - Cinquante manifestants sont allés manifester devant la Chambre d'agriculture du Finistère, à Quimper.

Cinq agriculteurs étaient en garde à vue vendredi matin après des dégradations à la chambre d'agriculture du Finistère, à Quimper, après une manifestation qui a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi.

Gardes à vue et saisie de tracteurs. Peu avant minuit jeudi, une vingtaine de tracteurs et environ 50 manifestants se sont dirigés vers la chambre d'agriculture. Après avoir amoncelé un important tas de paille, de fumier, de pneus et de déchets divers juste devant l'entrée, les manifestants, qui ne se réclamaient d'aucun syndicat agricole, ont entrepris d'y mettre le feu. Les CRS sont intervenus pour permettre l'extinction de l'incendie mais l'entrée du bâtiment est "bien dégradée", selon la préfecture. Cinq agriculteurs ont été placés en garde à vue et cinq tracteurs saisis.

"Des situations de détresse". "Ils ont détruit le hall d'entrée", a indiqué le président de la chambre d'agriculture André Sergent, revenu en urgence dans la nuit, alors qu'il était en réunion dans la soirée de jeudi avec d'autres agriculteurs à Brest pour tenter de trouver des remèdes à la crise qui secoue la filière agricole, particulièrement importante en Bretagne, depuis plus d'un an. "Je sais, en tant qu'agriculteur, que c'est extrêmement tendu sur le terrain, qu'on a des situations de détresse complètes dans nos campagne, beaucoup d'exploitants n'entendent plus rien", a indiqué André Sergent. "Les agriculteurs partent sans aucun mot d'ordre syndical, sans revendication claire."

Jeudi soir, juste après le remaniement, François Hollande a annoncé "une nouvelle baisse des cotisations sociales pour l'ensemble des agriculteurs".