Fermeture de Michelin à Tours : les licenciements jugés abusifs

  • A
  • A
Fermeture de Michelin à Tours : les licenciements jugés abusifs
Chacun des 57 ex-salariés va recevoir "a minima l'équivalent de 6 mois de salaire brut".@ AFP
Partagez sur :

Le Conseil des prud'hommes de Tours a estimé que les licenciements annoncés en juin 2013 étaient "illégitimes". 

La fermeture de l'usine Michelin à Joué-lès-Tours, annoncée en juin 2013, a donné lieu à 726 licenciements "illégitimes", a décidé lundi le Conseil des prud'hommes de Tours à la demande de 57 anciens salariés, a indiqué leur avocate. Pour justifier les licenciements pour motifs économiques de cette usine spécialisée dans les pneus pour poids-lourds, le groupe Michelin avait invoqué un "péril de compétitivité" sur son périmètre européen. 

"Sans cause réelle et sérieuse". Le conseil des prud'hommes a estimé qu'il ne "fallait pas se limiter à un périmètre d'examen réduit (...) mais bien regarder son activité poids-lourds au niveau mondial", a expliqué l'avocate Alexia Marsault. En effet, a-t-il jugé, "le secteur d'activité d'un groupe de dimension mondiale ne doit pas être cantonné au secteur d'activité européen et les informations limitées à ce secteur rendent le licenciement sans cause réelle et sérieuse".

Dommages et intérêts. Les licenciements des 57 plaignants sont dès lors "considérés comme illégitimes. Ce qui leur ouvre droit à des dommages et intérêts, indépendamment des indemnités qu'ils ont pu percevoir dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi qui avait été mis en place par Michelin", a indiqué Me Marsault. Chacun des 57 ex-salariés va recevoir "a minima l'équivalent de 6 mois de salaire brut", soit au total "plus d'1,34 million d'euros", a précisé l'avocate. Le groupe Michelin a un mois pour faire appel de la décision.