Faire entrer les migrants dans le circuit légal, clef de la solution à Calais

  • A
  • A
Partagez sur :

IMMIGRATION - Fermer les frontières comme le fait l'Angleterre ne fait que repousser le problème de la crise migratoire.

Tandis que la France est amenée à gérer, à Calais, une situation intenable qui induit de nombreuses tensions, les responsables sont à aller chercher de l'autre côté de la Manche. David Cameron ne cesse de répéter qu'il rejette l'espace Schenghen et que ses frontières resteront fermées.

Dublin ne fonctionne pas. Alors qu'on compte un million de réfugiés en Allemagne et quelques centaines de milliers en Europe, fermer les frontières ne fait que déplacer le problème. Si la France venait à imiter le Royaume-Uni, d'autres camps se créeraient inévitablement, en Macédoine ou en Grèce. Le système de Dublin, adopté en 2003, ne permet aux réfugiés de demander l'asile que dans le pays dans lequel ils ont été enregistrés pour la première fois. Force est de constater qu'il ne fonctionne pas.

Accélérer le droit d'asile. Pour régler la situation du camp de Calais, il est nécessaire d'y envoyer des personnes pour expliquer aux migrants qu'ils ont intérêt à demander l'asile en France. Le processus d'attribution de l'asile doit d'ailleurs être accéléré, afin de leur permettre d'entrer dans le circuit légal.