L'Armée de Terre se réorganise face à la menace terroriste

  • A
  • A
L'Armée de Terre se réorganise face à la menace terroriste
@ AFP
Partagez sur :

EXCLU E1 – Europe1 a eu accès au plan qui signe le grand retour de l'Armée de Terre sur le territoire national.

Il va falloir vous habituer à voir des treillis dans les villes de France… Un plan de réorganisation qui sera dévoilé dans trois semaines mais auquel Europe1 a eu accès signe en effet le grand retour de l'Armée de Terre à l'intérieur des frontières de l'Hexagone. Précisions.

Défendre les Français… sur le territoire national. Depuis une vingtaine d'années, on avait l'habitude de penser nos soldats en opérations extérieures : en Afghanistan, au Liban, au Mali, bref loin du pays et de ses frontières parce que c'est sur ces terrains que les militaires défendaient les Français. Changement de cap : désormais, pour faire face à la menace terroriste, les militaires vont agir durablement à l'intérieur de l'Hexagone. 7.000 hommes seront ainsi déployés en permanence dans le cadre de l'opération "Sentinelle" et 10.000 hommes supplémentaires seront capables d'intervenir en 24 heures en cas de crise majeure. Ce nouveau contrat opérationnel reposera pour l'essentiel sur l'Armée de Terre qui devra donc se doter d'un commandement spécifique pour piloter les opérations intérieures.

Les forces spéciales renforcées. Second pilier de la réforme : les forces spéciales. Elles aussi seront renforcées pour être en mesure notamment de prêter main forte aux forces de sécurité intérieures en cas de prise d'otages massive, par exemple.  

L'aérocombat, une priorité. Troisième pilier de cette réorganisation : deux nouvelles divisions de trois brigades chacune baptisées "Scorpion". Leur mission ? Etre capables de mener ce que l'on appelle l'aérocombat, c'est-à-dire des batailles de haute intensité avec des hélicoptères et des chars.

>> LIRE AUSSI - Combien coûte le plan Vigipirate par jour ?

>> LIRE AUSSI - Plan Vigipirate : un défi logistique sans précédent pour l'armée

>> LIRE AUSSI - 90% des Français réclament plus de sécurité après les attentats